Vin rosé : pourrez-vous en boire cet été ?

Chargement en cours
Pas de panique, même si la production a été moins importante dans certains vignobles, le rosé ne viendra pas à manquer cet été.
Pas de panique, même si la production a été moins importante dans certains vignobles, le rosé ne viendra pas à manquer cet été.
1/2
© Adobe Stock, odilepascal

Solène Filly

Pénurie de rosé. Cette information, révélée en premier par Les Échos, a secoué les rédactions et a inquiété les consommateurs, affolés à l'idée de ne pas pouvoir déguster, avec modération évidemment, leur boisson préférée cet été. Mais qu'en est-il vraiment ?

Produit typiquement français, le rosé a fait des émules dans le monde entier. 32% des rosés exportés proviennent ainsi de l'Hexagone, qui en est aussi le premier consommateur. Et sa consommation a augmenté de 31% en 15 ans selon l'AOC. Car le rosé a gagné en qualité, passant du statut de vin exclusivement d'été à celui de vin tendance, à boire toute l'année. En effet, selon Les Échos, chaque Français en consomme une vingtaine de bouteilles par an.

Alors, comment contenter tout le monde cet été ? Car effectivement, la météo n'a pas été des plus clémentes pour les vignes françaises. Hiver trop chaud, gelées au printemps, puis été caniculaire, l'année 2017 a été rude. Mais ces conditions difficiles n'ont pas affecté toutes les régions productrices de la même façon.

Une production très touchée en Provence

Les vignes provençales ont, en effet, pâti de ces différences de température. Au point que la production du millésime 2017 a chuté de 12% par rapport à 2016, comme le rapporte l'AOC. Un chiffre qui peut en effrayer certains, mais c'est oublier que la Provence n'est pas la seule région productrice. Ni même la première. Ainsi, Alain Baccino, viticulteur et président du Conseil interprofessionnel des vins de Provence s'est fait très rassurant dans une interview à FranceInfo : "Nous ne sommes pas du tout inquiets. (...) Nous sommes évidemment vigilants et nous disposons d'outils de veille pour suivre la consommation de près." Et de répéter : "Il n'y a rien qui prédit une pénurie de rosé cet été."

De nombreuses vignes à travers la France

Car même si l'on associe souvent le rosé à la Provence, c'est le Languedoc qui produit le plus grand volume de vin rosé chaque année, une production qui s'est maintenue comme l'a indiqué Xavier de Volontat, le président du Comité interprofessionnel des vins de Languedoc, à Midi Libre. Une affirmation également confirmée par l'AOC Languedoc : "Même avec une petite récolte, le rosé ne viendra pas à manquer." D'autant plus que certaines régions ont, au contraire, connu une hausse de production en 2017. C'est le cas du Roussillon, qui a vu sa production de rosé passer de 103 000 hectolitres à 116 179 hectolitres en un an.

L'occasion de découvrir de nouveaux vins

Alors pas de panique, le petit verre de rosé, si apprécié en terrasse dès lors que le soleil pointe le bout de son nez, n'est pas encore appelé à disparaître. Et si une pénurie voyait vraiment le jour, ce serait l'occasion de se tourner vers d'autres vins, comme des blancs secs ou sucrés, selon les goûts. Et si vous ne pouvez vraiment pas vous résoudre à boire autre chose, sachez que l'Espagne, l'Italie et même l'Angleterre sont également d'excellents producteurs de rosé. Ainsi, deux bouteilles de la perfide Albion figuraient l'année dernière dans le classement des huit meilleurs rosés de l'International Wine Challenge de Londres.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU