Du kilt aux punks : retour sur l'histoire du tartan

Chargement en cours
À l'origine, les couleurs du tartan permettaient de différencier les différents clans celtiques.
À l'origine, les couleurs du tartan permettaient de différencier les différents clans celtiques.
1/2
© iStock, SomeMeans

Hélène Garçon

Tendance phare de cet automne-hiver, le tartan n'en est pas à ses premières collections. Loin de là ! Si on l'assimile généralement aux kilts écossais, cet imprimé à carreaux a connu plusieurs vies, dont la première aurait commencé en Chine Antique, bien des années avant J.C. Retour sur l'histoire de cet imprimé mythique qui traverse les âges, sans prendre un pli.

Des origines chinoises

Rangez les cornemuses et ressortez vos sous-vêtements. Bien qu'il soit aujourd'hui associé dans l'esprit collectif à l'Écosse et aux fameux kilts de ses ressortissants, le tartan puise en réalité ses racines de l'autre côté de la Terre... en Chine. Les plus anciennes traces de cet imprimé à carreaux colorés ont en effet été trouvées à l'Ouest de l'Empire du Milieu sur des figurines de jade portant des coiffes tartan remontant à 3 500 ans avant Jésus Christ.

Un motif similaire aux manteaux que portaient les cadavres celtiques inhumés bien plus tard, en -800 av. J.C. À cette époque, le tissu coloré était utilisé pour distinguer les différentes classes sociales. Plus il y avait de couleurs différentes, plus le propriétaire se plaçait haut dans la hiérarchie. Les serveurs et les agriculteurs par exemple en portaient deux, tandis que le roi en portait sept.

L'emblème des clans écossais

Dès lors, le tartan a toujours conservé sa fonction d'identification. En Écosse, bien sûr, et en particulier dans les Highlands, au Nord du pays, où les clans adoptent dans les années 1700 le tartan comme un emblème familial. Chaque clan est reconnaissable par la couleur du tartan qu'il porte. C'est dans cette étoffe de laine sur laquelle s'entrecroisent des lignes horizontales et verticales colorées que sont fabriqués les incontournables kilts. Interdit en 1746 suite à la défaite des Écossais contre les Anglais, le tartan est réhabilité des années plus tard, en 1842 par le roi George IV, et devient alors un symbole de royauté.

L'aristocratie britannique ne jure plus que par cet imprimé, si bien que Thomas Burberry, l'inventeur de la gabardine, décide d'en faire sa marque de fabrique en 1924. Le trench-coat Burberry, tel qu'on le connaît aujourd'hui avec son mythique motif à carreaux noirs, blancs, beiges et rouges, aussi appelé le Nova Check, est né. De nombreuses stars de cinéma le propulsent sous le feu des projecteurs, comme Audrey Hepburn dans "Breakfast at Tiffany's", ou encore Humphrey Bogart dans "Casablanca". En 1955, Burberry devient fournisseur officiel de la reine Elizabeth II et retisse un peu plus les liens du tartan avec la famille royale.

Un symbole de la monarchie repris par les punks

En 1975, à la fin des Trente Glorieuses, alors que le chômage commence à apparaître, de jeunes anticonformistes britanniques se rebellent contre l'ordre établi en protestant contre la classe dirigeante et la monarchie. On les appelle les "punks" ("voyou" en anglais). Ces derniers jouent la carte de la provocation en choisissant le tartan, emblème de l'aristocratie, comme symbole de rébellion. Le groupe de musique Sex Pistols, mais aussi la créatrice Vivienne Westwood se font les porte-étendards de ce mouvement "No Future" en portant aux nus le tartan, qui se retrouve alors déchiré, rapiécé, agrémenté d'épingles à nourrice...

Emblème national, symbole de l'aristocratie, signe de revendication, objet de provocation, le tartan est aujourd'hui le gage d'une allure chic et sophistiquée, et en même temps, celui d'une attitude anti-confirmiste qui se joue du protocole. Mais avant tout, il est le revendicateur d'une identité... Peut-être la vôtre ?

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.