3 choses à savoir sur les tenues de patinage artistique

3 choses à savoir sur les tenues de patinage artistique
Le couple français Vanessa James et Morgan Cipres pour le Programme court des couples en patinage artistique aux Jeux Olympiques d'hiver à Gangneung.

Anthony Vincent

Depuis le lancement des Jeux Olympiques d'hiver de 2018 qui se déroulent du 9 au 25 février 2018 à Pyeongchang, en Corée du Sud, beaucoup de téléspectateurs n'ont d'yeux que pour le patinage artistique. Cette discipline a le chic pour captiver les foules, grâce à la poésie de ses prouesses acrobatiques sur glace, sublimées par des tenues toujours plus originales.

L'habit compte dans la note

Et pour cause, les juges tiennent compte de l'esthétique des costumes pour leur notation. Elle doit en effet concorder avec l'esprit de la musique et la chorégraphie afin de créer une harmonie. D'où le recours à l'excentricité pour mieux marquer les esprits, comme le souligne Madame Figaro dans un article daté du 9 février 2018.

Des tenues faites-main

Puisqu'elles sont souvent richement brodées et ouvragées, les tenues sont presque exclusivement réalisées à la main. Cela permet notamment de s'assurer de la solidité de chaque partie pour éviter un accident. Souvent, les patineurs eux-même s'y attellent, puisqu'ils sont les mieux placés pour connaître leur corps et ses mouvements, et peuvent y coudre en cachette quelques porte-bonheurs.

Une liberté mode nouvelle

Si jusque dans les années 1970, les tenues étaient sobres, composées d'un justaucorps-jupe uni pour les femmes, et d'un costume trois pièces pour les hommes, les choses ont bien changé depuis. Profitant de cette liberté mode nouvelle, le couturier Christian Lacroix a même dessiné plusieurs tenues de la championne française Surya Bonaly. Si les hommes restent toujours interdits de collants, les femmes ont le droit de patiner en pantalon depuis 2006.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU