3 pièces mode qui ont participé à l'émancipation de la femme

Chargement en cours
La danseuse Micheline Bernardini porte le Bikini Reard à Molitor, en 1946.
La danseuse Micheline Bernardini porte le Bikini Reard à Molitor, en 1946.
1/3
© Getty Images, Keystone - Collection Hulton Archive

Justine Fiordelli

La mode a un rôle à jouer dans la libération du corps féminin ! À l'occasion de la Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars, retour sur trois pièces de votre dressing qui y ont participé.

Le bikini : en 1946

Synonyme de séduction et de sex-appeal, le bikini est créé pour la toute première fois en juillet 1946, par un certain Louis Réard, ingénieur français. Si à l'époque les mannequins crient au scandale et refusent de le porter car il est trop dénudé, le maillot de bain deux-pièces connaît finalement son heure de gloire dans les années 1950. Porté au cinéma par de nombreuses actrices dont Marilyn Monroe et Brigitte Bardot, il fait partie des symboles incontournables de l'émancipation de la femme et se veut aujourd'hui une pièce mode emblématique.

La mini-jupe : en 1964

Apparue en 1964, la mini-jupe fait l'effet d'une bombe dans le vestiaire féminin et bouleverse les codes. À l'époque, tout le monde porte des jupes longues qui recouvrent l'intégralité des jambes. Raison pour laquelle il était jusqu'alors impensable de laisser apparaître ses genoux. Celle qui a osé braver les tabous ? La créatrice britannique Mary Quant, la première à avoir osé raccourcir la jupe, suivie, dans l'Hexagone, d'André Courrèges qui est le premier couturier français à créer une collection de prêt-porter la mettant à l'honneur.

Le smoking pour femme : en 1966

Dans les années 1960 les femmes continuent à se libérer ! Le dernier né des vêtements féminins ? Le smoking pour femme, que l'on doit à Yves Saint Laurent. Exclusivement masculin jusqu'en 1966, il connaît cette année-là son apogée et entre dans les vêtements qui symbolisent l'émancipation de la femme.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU