#BalanceTonPorc s'invite à la Fashion Week

#BalanceTonPorc s'invite à la Fashion Week
Un mannequin du défilé Walter Van Beirendonck automne-hiver 2018/2019 à Paris, le 18 janvier 2018.

Anthony Vincent

Créateur habitué aux défilés engagés politiquement, Walter Van Beirendonck vient de présenter une collection pleine de motifs porcins et de fétichisme, en référence manifeste au climat de dénonciation du harcèlement sexuel.

Loin d'être déconnectés de la réalité quotidienne, les défilés de mode constituent au contraire un catalyseur des mouvements sociaux, comme le prouve une fois de plus le créateur belge Walter Van Beirendonck. Après avoir interrogé notre rapport au VIH ou aux attentats dans des collections précédentes, il a présenté son opus automne-hiver 2018/2019 intitulé "Pig", le 17 janvier 2018 à Paris, alors que le monde continue d'être secoué par les rebondissements des affaires Weinstein et #BalanceTonPorc.

"P!G"

Dans un climat social hystérisé, l'homme Walter Van Beirendonck avance masqué. "P!G" s'étale en lettres vives sur pulls et sweats, quand ce ne sont pas des slogans sexuels ou un imprimé de masque fétichiste animalier. Mais ce sont surtout les mannequins portant des cirés à capuche dotée d'oreilles de cochon qui se sont illustrés. Les lunettes de soleil XXL, les bottes de boucher et les gants en caoutchouc complètent cette allure de prédateur sexuel inquiétante, en écho aux maux sociétaux.

Le même jour que le défilé, Sandra Muller, la créatrice du mot-clé #BalanceTonPorc le 13 octobre 2017 qui invite les victimes de harcèlement à s'exprimer publiquement, annonçait que Eric Brion l'attaquait en justice. Soit l'homme qui avait lui-même reconnu dans une tribune au Monde, le 30 décembre 2017, avoir "tenu des propos déplacés" envers la journaliste... La revanche des porcs serait-elle en marche ?

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU