Comment porter le béret sans faire cliché ?

Comment porter le béret sans faire cliché ?
Street style de la top Edie Campbell, à New York le 14 février 2018.

Anthony Vincent

Si le stéréotype de la Parisienne en marinière avec une baguette sous le bras à la vie dure, les créateurs se sont passés le mot pour réhabiliter ce couvre-chef suranné.

Tout a commencé par Beyoncé, coiffée d'un béret en hommage au mouvement révolutionnaire pour les droits des noirs Black Panther Party, lors de sa performance à la mi-temps du Super Bowl en février 2016. Les élégantes les plus politisées lui ont ensuite emboîté le pas, bientôt suivi par Chanel avec un défilé Croisière 2017 à Cuba avec un béret clin d'oeil à Che Guevera.

Puis les défilés Armani et Dior automne-hiver 2017-2018 ont enfoncé le couvre-chef sur toutes les têtes. Pour la maison de l'avenue Montaigne, ledit chapeau signe l'allure d'une femme effrontée, qui clame haut et fort ses convictions politiques avec un tee-shirt flanqué du titre de l'essai pour l'égalité des sexes de Chimamanda Ngozi Adichie "We should all be feminists".

Une allure affirmée pour le désembourgeoiser

En 2018, ce couvre-chef continue sur sa lancée d'accessoire mode engagé. À part une excursion à la boulangerie en marinière et béret ou une dégaine trop femme-enfant, rien n'est interdit pour l'adopter. On le choisit en cuir ou en laine, dans des tons neutres comme le marine, le gris ou le noir, ou dans un vibrant bleu klein ou range sang.

Jouez-la androgyne en derby, pantalon ⅞, chemise sous un pull à col rond, un pardessus masculin, ou militaire-chic en grosse parka kaki et jupe plissée mordorée. Mais rien de tel qu'une veste en cuir, un slim et des godillots carbone pour le désembourgeoiser. Plus Blondie que titi, vous voilà prête à renverser la patriarchie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU