La robe de mariée de Meghan Markle devra être "simple, classe et très élégante"

La robe de mariée de Meghan Markle devra être "simple, classe et très élégante"
Le prince Harry et sa fiancée Meghan Markle en visite au centre de loisirs Star Hub à Cardiff le 18 janvier 2018.

Anthony Vincent

Pour le mariage prévu en mai 2018, la fiancée du prince Harry a commencé ses essayages en compagnie de sa meilleure amie, styliste de la première dame du Canada.

Le 19 mai 2018 sera un grand jour pour les Britanniques, puisqu'ils célébreront enfin le mariage tant attendu entre le prince Harry et Meghan Markle. Ce sera également l'occasion de découvrir la robe de mariée choisie par l'ancienne actrice de la série "Suits". Cinq mois avant le jour J, elle approche du but, d'après l'émission Good Morning America diffusée le 19 janvier 2018 sur la chaîne ABC. "Meghan a effectué un essayage top secret au palais de Kensington avec un designer. Elle a exprimé le désir de porter quelque chose de simple, classe et très élégant", a révélé Omid Scobie, chroniqueur de la matinale américaine.

Styliste diplomatique pour mariage royal

Le journaliste spécialiste de la famille royale a même ajouté d'un air fatidique : "Nous connaissons le créateur de la robe de mariée." S'il n'a pas révélé son nom, les Britanniques et des fans à travers le monde s'impatientent d'en savoir davantage, tant le choix du designer revêt une dimension diplomatique. Un créateur anglais pour montrer qu'elle épouse aussi un nouveau pays, ou un américain en hommage à sa nation natale, ou un canadien en référence à sa terre d'accueil ?

Ce qui est certain, c'est qu'elle bénéficie des conseils affûtés de l'une de ses meilleures amies, Jessica Mulroney. Une styliste canadienne habituée aux protocoles puisqu'elle s'occupe notamment de la première dame Sophie Grégoire Trudeau. Si "de nombreuses robes de différents designs ont été essayées et sont en cours d'ajustement pour en venir à une conclusion", d'après Omid Scobie, on devrait connaître le fin mot de l'histoire le 19 mai 2018.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU