Le collant, un danger pour l'environnement

Le collant, un danger pour l'environnement
Derrière leur esthétique flatteuse, les collants cachent une vérité moins glorieuse.
A lire aussi

Marine Cournede

Il s'en vend plus de 8 milliards de paires chaque année, pourtant le collant est une véritable menace écologique. Explications sur un phénomène encore ignoré par beaucoup.

Le collant est un accessoire incontournable pour flatter la silhouette, et ce depuis son apparition en 1938. Il galbe la jambe et peut également aider à la circulation sanguine lorsqu'il est utilisé en bas de contention. Pourtant, il représente un danger notable pour l'environnement.

Les collants ne durent qu'entre trois et cinq utilisations avant de se filer

C'est le constat observé par l'association HOP lors d'une enquête menée sur l'obsolescence programmée. La courte durée de vie des collants, associée à leur mode de fabrication, constitue un facteur de pollution non négligeable. En effet, pour confectionner une paire de collants, il ne faut pas moins de 14 000 kilomètres de fils, 750 litres d'eau et toute une flopée de teintures allergènes. Une fabrication qui contamine fortement les villes industrielles asiatiques dans lesquelles la plupart des collants sont confectionnés. Après le pétrole, le textile est la deuxième industrie la plus polluante au monde. Il est a priori possible de fabriquer des collants plus résistants, mais cela n'intéresse pas les marques, qui préfèrent miser sur une stratégie d'obsolescence programmée.

Existe-t-il des solutions ? La marque Swedish Stockings, un label de collants éthiques, a mis au point des bas éthiques et esthétiques dont le nylon est entièrement recyclé et la teinture est hypoallergénique. Un produit éco-responsable qui intéresse le consommateur, de plus en plus sensibilisé à la présence de produits chimiques dans les textiles.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU