Les vêtements unisexes pour enfants vont-ils se généraliser ?

Les vêtements unisexes pour enfants vont-ils se généraliser ?
Des vêtements mixtes pour les enfants permettraient d'éviter de renforcer les stéréotypes de genre, et ainsi renforcer l'égalité entre les sexes.

Anthony Vincent

Plusieurs marques pour enfants abandonnent la séparation entre les vêtements pour petites filles et ceux pour petits garçons. Une avancée dans l'égalité des sexes ?

Le rose pour les filles et le bleu pour les garçons : cette bipartition genrée serait-elle en voie d'être dépassée ? Dès la grossesse, l'épineuse question peut se poser, puisqu'il faut préparer les premiers vêtements pour bébé. Grenouillères, bodys, et autres pyjamas taille nourrisson, à choisir au bon rayon. Mais des marques telles que la néerlandaise Hema, l'anglaise John Lewis, ou encore la canadienne O'Lou abandonnent cette division. Une avancée sociétale vers l'égalité des sexes ?

Des collections mixtes contre le sexisme

C'est la question que se pose le journal Sud Ouest : "Dans les années 80, les magasins ont mis en place une stratégie commerciale pour vendre plus de jouets, de vêtements... En proposant un hochet bleu et un hochet rose, on en vend deux fois plus, et quand un enfant vient agrandir la fratrie, on ne lui transmet pas les affaires de sa soeur ou de son frère s'il ne correspondent pas à son sexe. On rachète", explique au quotidien Edith Maruéjouls, géographe du genre et maître de conférence à l'Université de Bordeaux-Montaigne.

Revenir à des vêtements non genrés pour les enfants en bas âge permettrait d'ailleurs d'éviter une forme de pression sociale exercée contre les enfants qui voudraient porter des vêtements dont la couleur, les motifs ou les messages ne correspondrait pas aux codes actuels et arbitraires du féminin et du masculin. Grâce aux collections mixtes, les fillettes auraient ainsi enfin le droit aux tee-shirts bleus, ornés de guitare électrique, ou vantant le courage, par exemple. De quoi vaincre le sexisme dès le berceau.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU