#MenToo : les mannequins homme, également victimes d'harcèlement sexuel

#MenToo : les mannequins homme, également victimes d'harcèlement sexuel
Finale du défilé Sibling automne-hiver 2016-2017, à Londres le 9 janvier 2016.

Anthony Vincent

Accusés de harcèlement sexuel, les prestigieux photographes de mode Bruce Weber et Mario Testino se voient aujourd'hui en partie boycottés, tandis qu'un mannequin appelle à la libération de la parole.

Le New York Times a encore frappé. Dans une enquête publiée le 13 janvier 2018, treize mannequins et anciens assistants accusent de harcèlement sexuel Mario Testino et quinze autres font de même contre Bruce Weber, deux puissants photographes. Si ces derniers ont nié via avocats ces allégations, les groupes de presse Condé Nast et Condé Nast International (Vogue, Vanity Fair, GQ...) ont annoncé le même jour suspendre toutes collaborations avec eux, et vouloir mettre en place des mesures contre de tels agissements. Désormais, tous les mannequins des deux sexes devront être âgés d'au moins 18 ans, et toute photo partiellement ou complètement dénudée devra préalablement être approuvée par les modèles impliqués.

"Incapacité à en parler"

Ces mesures devraient plaire au mannequin Christopher Cates, qui a détaillé sur Instagram le 3 janvier 2018 comment Bruce Weber lui a fait subir en février 2006 ses désormais fameux "exercices de respiration" où il oblige un modèle à se dénuder et se toucher devant lui. Dans une lettre ouverte à l'influent média de mode WWD publiée le 13 janvier 2018, le mannequin écrit : "Nous ne pouvons plus prétendre être imperméable aux abus sexuels. En fait, notre incapacité à en parler nous rend encore plus vulnérables aux mauvais traitements."

Après avoir appelé femmes et hommes à raconter leurs histoires d'abus, Christopher Cates conclut : "Nous sommes plus forts ensemble. #TimesUp #MenToo"

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU