Pourquoi la mode s'intéresse-t-elle autant aux papas ?

Pourquoi la mode s'intéresse-t-elle autant aux papas ?

Trois mannequins formant une famille au défilé Balenciaga homme printemps-été 2018, à Paris, le 21 juin 2017.

A lire aussi

Anthony Vincent

Après avoir rivalisé de fantaisies surréalistes, les créateurs les plus adulés du moment refusent de résoudre leur complexe d'Œdipe et s'éprennent pour la banalité des pères de famille.

Les pères de famille accoutrés de la plus tendance des façons, c'est-à-dire faussement banale, accompagnés de leurs bambins également griffés de la tête au pied, ont composé la majorité du défilé Balenciaga printemps-été 2018, qui s'est tenu en juin 2017, puis de la campagne promotionnelle dévoilée en décembre. En note d'intention de l'événement, on pouvait lire "jeunes pères dans le parc avec leurs enfants pendant le week-end". Pantalon avec insert en caoutchouc façon bottes de pêche, blazers trop grands et jeans trop larges tombant sur des baskets eighties signent une allure normcore, comprenez normale jusqu'au coeur, que la faune mode adore.

La banalité du mâle

Le label pointu Acne Studios a également marqué les esprits en tirant sur la corde de la familiarité. Sa campagne automne-hiver 2017/2018 a mis en lumière une famille, portant tous des vêtements inspirés de polos de rugby, tant prisés par certains pères.

Face au rythme affolant de la mode, ses tendances déconnectées du réel et son mercato carnassier, l'archétype du papa ordinaire apparaît comme une figure stable, familière et rassurante pour les modeux désorientés, et même une clientèle plus large qui croyait le luxe inaccessible ou réservé aux éphèbes bodybuildés. Et permet surtout d'attirer un chaland plus âgé et donc fortuné, flatté de se reconnaître dans cet éloge de la banalité du mâle.

 
0 commentaire - Pourquoi la mode s'intéresse-t-elle autant aux papas ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]