Quand la mode végane devient accessible et ultra-désirable

Quand la mode végane devient accessible et ultra-désirable
La mode végane ne comporte rien d'origine animale.

Anthony Vincent

Autrefois rudimentaire, l'offre française de vêtements et accessoires dépourvus de tout composé d'origine animale grandit et devient surtout stylée, comme le prouve l'ouverture de deux concept-stores parisiens.

À la suite de la fermeture du concept-store mondialement connu Colette en décembre 2017, le coeur des Parisiens semblait en quête de nouvelles boutiques multimarques. Pile le bon moment pour que se lance Manifeste011, ouvert le 9 décembre 2017 grâce à un financement participatif par des jumelles trentenaires soucieuses de l'environnement, du bien-être animal et humain. Inutile d'être végétalien pour enfiler des baskets en cuir d'ananas Rombaut, des Dr. Martens en similicuir plus vrai que nature, ou encore des jeans garantis sans cruauté April 77 disponibles dans le premier multimarque de mode végane de la capitale.

Par "mode végane" comprenez qui ne comporte absolument rien d'origine animale : pas de fourrure, pas de cuir, pas de soie, pas même de graisse animale dans les colles de certaines coutures. Un souci qui va de paire avec des pratiques éco-responsables et respectueuses des droits humains. "L'offre de mode végane est très en retard par rapport à des pays comme l'Allemagne, l'Angleterre, les Pays-Bas et bien sûr les États-Unis !", ont expliqué les soeurs fondatrices Maud et Judith Pouzin en juillet 2017 aux Inrocks.

Une pauvreté de l'offre en passe de changer comme le confirme l'ouverture d'une galerie-boutique dédiée à la mode et l'artisanat responsable à Paris, qui fera également la part belle aux pièces véganes, par Li Edelkoort, reine des prescripteurs de tendances. La pythie a semble-t-il été écouté puisque Gucci, Jimmy Choo, ou encore Michael Kors ont annoncé fin 2017 arrêté la véritable fourrure au nom de la "modernité".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU