Quand Yvette Horner était la muse de Jean-Paul Gaultier

Quand Yvette Horner était la muse de Jean-Paul Gaultier
Yvette Horner à la vente aux enchères de ses tenues de scène à Paris, le 27 mai 2005.

Azza Kamaria

Ce lundi 11 juin, le monde de la musique française a perdu une de ses plus grandes ambassadrices. Yvette Horner, accordéoniste de talent et muse de Jean Paul Gaultier s'est éteinte à 95 ans après "une vie bien remplie".

"Elle n'était pas malade. Elle est morte des suites d'une vie bien remplie" a confié Jean-Pierre Brun, selon le communiqué de l'AFP annonçant le décès d'Yvette Horner à 95 ans, ce lundi 11 juin 2018. En plus d'avoir marqué l'histoire de la musique en devenant la première femme à remporter la coupe du monde d'accordéon en 1948, la musicienne était également l'une des muses de Jean-Paul Gaultier.

L'ère Jean-Paul Gaultier

Bien qu'elle ait débuté sa carrière très jeune, ce n'est qu'à la fin des années 1980 qu'Yvette Horner devient une figure de la mode. Ce nouveau statut privilégié naît de son amitié avec le créateur Jean-Paul Gaultier, qui décide de la relooker totalement.

Ainsi, récemment veuve, l'artiste troque sa chevelure noire pour une crinière de feu. Désormais, celle que l'on surnomme à l'époque "Vévette", revient sur le devant de la scène avec des tenues toujours plus extravagantes imaginées par le créateur français.

Les tenues phares

Parmi ses looks les plus marquants, on retrouve plusieurs costumes de scène dont la fameuse robe bouffante tricolore à paillettes ou encore le tutu blanc XXL qu'Yvette Horner portait sur la scène du Casino de Paris.

Jean-Paul Gaultier est également à l'origine de la couverture du dernier disque de la reine de l'accordéon "Yvette hors norme". Nul doute que cette collaboration originale marquera longtemps les esprits du monde de la mode française.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU