Accusé d'être "promonarchiste", Stéphane Bern répond à ses détracteurs

Accusé d'être "promonarchiste", Stéphane Bern répond à ses détracteurs
Stéphane Bern assiste au dîner de gala des Stéthos d'Or a l'hôtel George V à Paris, le 13 mars 2017.

Fabien Gallet

Le nouveau "Monsieur patrimoine" de l'Élysée n'apprécie pas les propos de certains qui l'accusent de faire la promotion de la monarchie avec ses émissions.

Le 15 octobre 2017, dans un article paru dans Libération, Daniel Schneidermann comparait Stéphane Bern à un "promonarchiste", qui, avec ses émissions "raconte une histoire à l'écart de l'Histoire". Le journaliste épinglait également Lorànt Deutsch, "antirévolutionnaire". Des accusations auxquelles les principaux intéressés ont réagi sur le plateau de l'émission C à Vous sur France 5, ce mardi 17 octobre.

"J'ai un délit de faciès"

"Je mets au défi quiconque de regarder 'Hexagone' à la télévision, de regarder 'Secrets d'his­toire' sur France 2 et d'y trouver la moindre référence, la plus petite allusion à quelque idéologie que ce soit", a ainsi assuré l'animateur de France 2 avant d'ajouter : "Ou même à quelque tendresse que j'ai pu avoir, ou que je peux avoir, pour les monarchies." Et Stéphane Bern de poursuivre : "Je pense qu'on (lui et Lorànt Deutsch, ndlr) fait un travail sérieux avec les historiens. Sur le plan professionnel, je ne pense pas que M. Schnei­der­mann ni aucun autre ne peut regarder la télévision tranquillement sur le service public en se disant 'Ah ! Secrets d'his­toire, c'est monarchiste !'"

"Ce qui me pose problème, c'est que j'ai un délit de faciès", a-t-il finalement regretté, touché par ces accusations, avant de conclure : "C'est à dire qu'ils me voient à la télé, et ils pensent : 'Ce type est monarchiste, donc c'est la droitisation de la télé'. Ça, c'est plus gênant."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU