Arrêté sans permis de conduire, Guy Carlier aurait menti aux policiers

Arrêté sans permis de conduire, Guy Carlier aurait menti aux policiers
Guy Carlier lors de la conférence de presse annuelle d'Europe 1 à Paris, le 31 août 2009.

Fabien Gallet

Être une personnalité médiatique n'exempt pas des contrôles des forces de l'ordre. La preuve, Guy Carlier aurait été arrêté par la police sur la route, lundi 6 novembre 2017. Problème : son permis ne serait pas valide...

C'est Closer qui a dévoilé l'information ce mardi. "Guy Carlier a été arrêté lundi 6 novembre conduisant avec un portable vissé à l'oreille, et sans aucun papier : ni carte grise, ni attestation d'assurance, ni permis de conduire", affirme le magazine sur son site. L'ex-complice de Marc-Olivier Fogiel désormais chroniqueur sur Europe 1 aurait été interpellé alors qu'il roulait en Jeep sur le quai de Grenelle, dans le XVe arrondissement parisien. "Verbalisé pour son téléphone" par les policiers, comme l'explique Closer, le journaliste n'a pu montrer ces documents.

Un permis de conduire annulé depuis 2013 ?

Selon le magazine people, Guy Carlier aurait alors prétendu que ses papiers étaient "restés à son domicile". Pourtant, après vérification, les forces de l'ordre réalisent que le permis de conduire du principal intéressé "a en réalité été annulé en 2013". S'en serait suivie une course en vélo pour rattraper le journaliste et le conduire au commissariat. Face à l'officier de police judiciaire, Guy Carlier aurait expliqué s'être "réinscrit dans une auto-école de l'Oise en 2015 pour repasser le code".

L'OPJ l'aurait laissé repartir, comptant sur sa bonne foi, avant de se rendre compte de l'entourloupe. "Après prise de contact avec la Préfecture de police, le permis de conduire de Guy Carlier est toujours annulé depuis 2013, aucune trace d'inscription dans une auto-école en 2015", fait part le compte-rendu d'enquête que s'est procuré Closer. Le chroniqueur aurait donc bel et bien menti, à deux reprises !

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU