Benjamin Castaldi, endetté auprès d'un ami magnat du sushi

Benjamin Castaldi, endetté auprès d'un ami magnat du sushi
Benjamin Castaldi à la Conférence de presse de rentrée des chaînes NRJ12, NRJ Hits et Chérie 25 à Paris, le 27 août 2015.

Hélène Demarly

Victime d'une escroquerie immobilière en 2012, l'animateur avait alors emprunté 70 000 euros à son ami Siben N'Ser, patron de la chaîne de restaurants Planet Sushi. Une somme qu'il n'a toujours pas remboursé dans sa totalité.

Il a quelques années, Benjamin Castaldi s'est retrouvé endetté. Dans son autobiographie "Pour l"instant, tout va bien" parue en 2015, le petit-fils de Simone Signoret expliquait vivre alors avec "1 290 euros par mois" :"J'étais privé de chéquier et de carte bleue (...) Je ne peux plus payer les pensions alimentaires à mon ex-épouse Valérie (...) Vient ensuite le moment délicat, humiliant, de demander à ma femme, Vanessa, de vendre ses bijoux..." Il perd de nombreux amis mais l'un d'eux reste fidèle, Siben N'Ser, chef d'entreprise d'une célèbre chaîne de sushis, qui lui prête, en 2012, 70 000 euros. Une somme que l'ancien animateur de TF1 lui aurait alors promis de rembourser dans les quatre mois, selon les informations de BFMTV.

Une perle de culture en guise de remboursement

Pour le faire patienter, Benjamin Castaldi lui remet une perle d'une valeur de 30 000 euros. Insuffisant pour le roi du sushi, qui le poursuit alors en justice pour réclamer la totalité de la somme. De son côté, le chroniqueur de Touche pas à mon poste l'accuse de le faire chanter, lui réclamant 20 000 euros pour "indemniser son préjudice moral, aggravé par l'atteinte portée à sa notoriété", mais sera débouté par le tribunal.

Il n'a à l'heure actuelle toujours pas versé les 25 000 euros qui manquent toujours, dix mois après le rendu du jugement. Contactée par BFM fin juillet, l'avocate de Siben N'Ser confirmait n'avoir "enregistré aucun versement", évoquant une possible suite de l'affaire "en appel".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU