Bernard Tapie : première apparition publique depuis l'annonce de son cancer

Bernard Tapie : première apparition publique depuis l'annonce de son cancer
Bernard Tapie sur le plateau de Vivement Dimanche à Paris, le 15 septembre 2010.

Fabien Gallet

L'homme d'affaires de 74 ans est apparu publiquement pour la première fois devant les caméras, mercredi 25 octobre 2017 à Bruxelles. Souffrant d'un cancer, il s'est montré affaibli mais prêt à en découdre.

"Bernard souffre d'un cancer de l'estomac avec extension sur le bas de l'oesophage", révélait en septembre dernier à l'AFP Dominique Tapie, l'épouse de l'ancien ministre, précisant que son mari faisait de la chimiothérapie. Quelques semaines après cette annonce, l'ex-président de l'OM s'est rendu au tribunal de première instance de Bruxelles pour contester la saisie des comptes de sa société belge, GBT Holding, dans le cadre de l'affaire Adidas qui l'oppose au Crédit lyonnais, la banque qui l'accuse de vol.

"Si j'ai cette maladie, ce n'est pas parce que je picolais ou que je fumais"

Malgré la maladie, Bernard Tapie s'est présenté devant le juge des saisies. "C'était indispensable. Ça a été une épreuve physique mais il l'a fait", a expliqué son avocat Jean-Louis Dupont au micro de RTL ce mercredi, avant d'ajouter : "Il n'a rien perdu de sa hargne et de sa détermination." Preuve en est, en marge de l'audience, l'ancienne figure politique s'est exprimée face aux caméras de la RTBF, apparaissant fatiguée, les cheveux grisonnants et peu fournis à cause de la chimiothérapie, mais toujours aussi virulente.

Ainsi, lorsqu'une journaliste lui demande s'il estime avoir été victime d'un acharnement ces dernières années, c'est un Bernard Tapie fidèle à lui-même qui lance : "Oh là là. Quelle question ! C'est à mon estomac qu'il faudrait poser cette question." "Si j'ai cette maladie, ce n'est pas parce que je picolais ou que je fumais. C'est à cause de cette pression que je vis depuis cinq ans", aurait-il finalement déclaré selon Le Parisien.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU