Bertrand Cantat en Une des Inrocks provoque le scandale

Bertrand Cantat en Une des Inrocks provoque le scandale
Bertrand Cantat au festival de Dour en Belgique, le 17 juillet 2014.

Hélène Demarly

Les Inrockuptibles ont mis Bertrand Cantat en Une, pour leur édition du mercredi 11 octobre 2017. Un choix éditorial qui crée la polémique.

"Et au nom de quoi devons-nous supporter la promo de celui qui a assassiné Marie Trintignant à coup de poings ?", a posté Marlène Schiappa, la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, faisant référence au nouveau numéro des InrocksBertrand Cantat s'affiche en couverture. À l'intérieur du magazine, une interview fleuve lui est consacrée, où il raconte notamment ses envies de suicide après l'homicide involontaire de Marie Trintignant : "Vivre était insupportable après ce qui s'était passé. J'ai aussi longtemps envisagé de disparaître, vivre à l'étranger".

De nombreuses voix s'élèvent

D'autres personnalités s'insurgent contre cette mise en avant de l'ancien chanteur de Noir Désir. Toujours sur Twitter, Mathieu Kassovitz a notamment posté : "Vachement rock and roll votre couv. C'est pas le fdp qui a tué la fille de mon ami avec ses poings ? J'adore votre côté #provoc". L'ancienne ministre Laurence Rossignol a quant à elle publié : "Réunir sur une même couverture Cantat et Orelsan qui chante 'je vais te marie-trintigner', il fallait oser. Honte à ce magazine." Un montage avec le rapport d'autopsie du corps de l'actrice a aussi été créé par la journaliste Nadia Daam.

Pour rappel, en 2003, Bertrand Cantat tuait Marie Trintignant en lui assénant plusieurs coups au visage avant d'attendre cinq heures pour alerter les secours. Un homicide involontaire pour lequel il avait été condamné à huit ans de réclusion criminelle en 2004, puis libéré sous contrôle judiciaire en 2007.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU