Calogero revient sur ses larmes à Nice

Calogero revient sur ses larmes à Nice
Calogero sur scène lors de la soirée des 30e Victoires de la Musique au Zénith de Paris, le 13 février 2015.

Justine Fiordelli

Actuellement en pleine promotion de son nouvel album "Liberté Chérie", prévu dans les bacs le 25 août 2017, Calogero est revenu dans les colonnes du Parisien sur l'émotion qui l'a submergé lors du concert hommage aux attentats de Nice, le 14 juillet dernier.

Profondément ému lors de cet événement organisé à Nice pour rendre hommage aux 86 disparus lors des attentats de Nice survenus le 14 juillet 2016, le chanteur français n'avait pas réussi à terminer d'interpréter son titre Feux d'artifice, fondant en larmes sur scène, devant son piano. Dans une interview accordée au Parisien, il revient aujourd'hui sur ce bouleversant moment : "Chaque couplet, chaque refrain, était une épreuve. Je n'étais pas prêt à rece­voir en pleine tête une telle charge émotion­nelle."

"C'était tellement horrible"

Très attristé par les attentats perpétrés en France, Calogero explique considérer la musique comme "un exutoire". "Les attentats en France ont commencé au moment où j'achevais ma tournée pour Les Feux d'artifice. C'était tellement horrible pour moi que je ne voulais pas forcément traduire cela en chanson. J'ai donc fait le contraire", raconte-t-il au journal.

Pour cela, il a "ajouté de la gaieté et de la pêche à (s)es chansons", ce qui a donné la naissance de son dernier single Je joue de la musique, "représentatif de cette légèreté". Et de conclure : "Je sais que cette chanson en a dérouté certains mais, pour moi (...) c'est ma déclaration d'amour à la musique. (...) Je rêvais d'un tube comme ça, qui pouvait être reçu juste en faisant du bien. C'est notre rôle d'artiste de donner du bonheur aux gens."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU