Catherine Ceylac regrette l'arrêt de Thé ou café, découvert dans la presse

Catherine Ceylac regrette l'arrêt de Thé ou café, découvert dans la presse
Catherine Ceylac à Roland Garros à Paris, le 2 juin 2016.

Hélène Demarly

Sur le plateau de Quotidien ce mercredi 13 juin 2018, l'animatrice est revenue sur l'arrêt de son émission culte, qu'elle a appris dans les journaux.

Fin avril dernier on découvrait, dans les pages du Parisien, la volonté de France 2 d'arrêter la diffusion de Thé ou café en décembre 2018. Une annonce surprenante - vue la longévité de l'émission (plus de 20 ans) et des audiences au beau fixe -, pour les téléspectateurs comme pour Catherine Ceylac, invitée de Yann Barthès, qui affirme : "Je ne suis pas complètement naïve, je sais très bien que les émissions peuvent s'arrêter. Je ne reproche pas du tout le fait que l'émission s'arrête, mais j'aurais aimé qu'il y ait une concertation, qu'on se mette autour d'une table, qu'on parle d'avenir, de futur éventuellement. Ce qui n'a pas été fait."

Une émission pourtant rentable

Pour la journaliste de 63 ans l'argument économique pour justifier l'arrêt ne se tient pas non plus. "Elle coûte 40 000 euros. C'est pas cher du tout", explique-t-elle. Et de justifier : "On avait réduit de 30% notre budget l'année dernière. Et puis, elle coûte peut-être un peu mais elle est rentable... On est leaders en audience. Quand même, pour la télévision, c'est hyper important. On a des téléspectateurs. On est leader depuis que j'ai créé cette émission, c'est-à-dire depuis 1996. On a aujourd'hui 560 000 téléspectateurs à 7h du matin ou à 10h du matin. Il faut le faire quand même."

Et de conclure, amère : "J'aurais aimé que ça se passe autrement." Pourtant, elle l'avoue : "Si on me dit aujourd'hui 'allez, on poursuit, on y va. Soyons fous, on remet ça', moi je suis partante."

Depuis l'annonce de l'arrêt de son émission, Catherine Ceylac a pu compter sur le soutien de nombreuses personnalités, de Carla Bruni à Julien Doré.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU