Catherine Deneuve : "Enceinte à 19 ans, j'ai dû travailler pour gagner ma vie"

Chargement en cours
Catherine Deneuve, en marge du Festival de Cannes, en mai 2015.
Catherine Deneuve, en marge du Festival de Cannes, en mai 2015.
1/2
© Abaca, Nicolas Briquet
A lire aussi

Fabien Gallet

Elle est l'une des actrices françaises les plus emblématiques, forte de nombreux succès mythiques au grand écran. Pourtant, à ses débuts, Catherine Deneuve a bien failli passer à côté de cette carrière magistrale. En effet, lorsqu'elle découvre le cinéma, la jeune femme de l'époque est alors enceinte de son premier enfant. C'est ce qu'elle raconte dans une interview publiée dans les pages du magazine So Film, paru le 3 mars 2016.

Pour peu, il nous aurait été impossible d'admirer Catherine Deneuve dans Indochine, Le dernier métro, ou encore Belle de jour. Et pour cause, après s'être découvert une passion pour le cinéma, à l'âge de 16 ans, elle tombait enceinte, quelques années plus tard, venant quelque peu bouleverser ses projets. Tout du moins, c'est ce qu'elle pensait à l'époque. "Je vivais au milieu de mes trois soeurs. On avait des préoccupations de jeunes filles de notre âge : sortir, tomber amoureuse, flâner sans but précis. Mais comme je suis tombée enceinte à 19 ans, j'ai dû vite penser à travailler pour gagner ma vie", révèle celle qui sera prochainement à l'affiche du prochain long-métrage de Paul Vecchiali, Le Cancre.

Heureusement, au début des années 1960, une rencontre va changer sa vie et éclaircir par la même occasion son avenir de comédienne : elle croise la route du réalisateur du film Les parapluies de Cherbourg, dans lequel elle décrochera le premier rôle, celui de Geneviève Émery. "Lorsque Jacques Demy m'a rencontrée, j'étais enceinte de mon premier enfant, se souvient Catherine Deneuve. Et au lieu de proposer le rôle à une autre jeune comédienne, il a attendu que je sois de nouveau disponible. Forcément, quand vous n'êtes personne, ce genre de considération vous marque", précise-t-elle.

Avec du recul, ce film lui aura permis de prendre confiance en elle. "Je doutais sans arrêt de tout : mon physique, ma voix, ma capacité à bien faire les choses. C'était carrément pathologique", raconte celle qui, encore aujourd'hui, reste convaincue d'être "rentrée par effraction" dans le monde du cinéma. Et pourtant... cette entrée fracassante aura marqué le cinéma français à jamais.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU