Ces people qui se mobilisent contre les violences faites aux femmes

Ces people qui se mobilisent contre les violences faites aux femmes
Alessandra Sublet lors du Global Gift 2017 à Paris, le 16 mai 2017.

Fabien Gallet

Cette année, la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes se tient ce samedi 25 novembre. Un événement que soutiennent de nombreuses personnalités.

À l'heure où les affaires Weinstein et Rozon sont dans tous les esprits, la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes est plus que jamais d'actualité. Plusieurs campagnes ont été lancées pour l'occasion. Bien des stars ont répondu à l'appel partout dans le monde pour éveiller les consciences, notamment celles des jeunes.

Lundi 20 novembre 2017, la fondation Kering a ouvert sa campagne annuelle baptisée "White Ribbon For Women". Créée par l'actrice Salma Hayek et la créatrice Stella McCartney, elle a créé pour l'occasion le hashtag #ICouldHaveBeen ("j'aurais pu être à sa place", en français) pour pousser les internautes à briser le silence. Une action soutenue l'an dernier par le footballeur français Antoine Griezmann.

Alessandra Sublet, Lucie Lucas, David Pujadas...

En France, le site Make.org a pris les devants en lançant une plateforme consultative (stopvff.org), dans le cadre de l'opération "Stop aux violences faites aux femmes". Un mouvement soutenu par une centaine de personnalités parmi lesquelles Teddy Riner, Lucie Lucas qui évoque un "véritable fléau universel", Nikos Aliagas ou encore David Pujadas, tous invités à s'exprimer et soutenir des solutions proposées en amont, pour mettre un terme à ces violences. "Il faut en parler, et continuer d'alimenter les hashtags #MeToo et #Balancetonporc que chacun s'en saisisse pour faire évoluer les mentalités", soutient ainsi l'ancien présentateur du JT de France 2.

Se sont également exprimés sur le sujet auprès du magazine ELLE, Marc Levy ("Il faut agir sur tous les terrains : policier, sociétal, pénal, éducatif..."), Karin Viard, Alessandra Sublet ("Être à l'écoute permet de recueillir les paroles de femmes en danger...") ou encore Sonia Rolland.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU