Charles Aznavour : "L'argent, je m'en fous, j'en ai"

Charles Aznavour : "L'argent, je m'en fous, j'en ai"
Charles Aznavour reçoit son étoile sur le Hollywood Walk of Fame à Los Angeles, le 24 août 2017.

Hélène Demarly

Le chanteur de 93 ans s'est confié au Parisien Week-end à l'occasion de la sortie de son livre de recueil de pensées "Retiens la vie", abordant notamment son rapport à l'argent.

Dans les colonnes du Parisien Week-end samedi 19 janvier 2018, Charles Aznavour s'avoue "dépensier" et fait la liste de ce qu'il aime particulièrement s'offrir : "Il y a toujours le dernier quelque chose : le dernier iPad, le dernier ordi... J'adore les chaussures aussi. J'en ai encore une vingtaine de paires, achetées il y a trente ans, que je n'ai jamais portées. J'achète aussi les inventions sur le télé-achat."

Il gagne "très, très bien" sa vie

Il affirme : "L'argent je m'en fous, j'en ai. (...)Que voulez-vous que j'(en) fasse (...) ? Je gagne très bien ma vie. Mais très, très bien. Alors il faut que ça serve... Donc je donne à mes enfants et j'aide des gens." En 1988, l'interprète de La Bohème a créé à cet effet l'association Aznavour pour l'Arménie - à la suite du violent séisme qui a frappé le pays -, puis une fondation, en 2017.

Interrogé sur la politique, il confie : "Macron, je le trouve charmant, parfait", avant de raconter avoir lancé un jour à François Hollande : "Je n'ai pas voté pour vous, mais vous êtes le président de tous les Français, je suis français, donc vous êtes mon président." Il va même "plus loin" en assurant : "Je crois que si Marine Le Pen, un jour, était élue, elle serait aussi ma présidente." À propos de Donald Trump en revanche il avance : "Je vais le sanctionner en n'achetant plus rien venant des États-Unis. Fini, les bagnoles américaines !"

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU