Christine Bravo : "J'ai subi trois tentatives de viol"

Christine Bravo : "J'ai subi trois tentatives de viol"
Christine Bravo assiste a la conférence de presse de rentrée 2015 de NRJ12 et Cherie 25 à La Cour Du Marais à Paris, le 27 août 2015.

Fabien Gallet

Dans une interview accordée à Télé-Loisirs le 1er février 2018, Christine Bravo révèle avoir été agressée sexuellement, notamment lorsqu'elle travaillait à TF1 dans les années 1980.

Le 16 février 2018, C8 diffusera une émission baptisée La télé de Bravo, qui reviendra sur le parcours de l'animatrice phare des années 1990, à grand renfort de témoignages. À cette occasion, Télé-Loisirs a rencontré la principale intéressée et l'a interrogée notamment sur le harcèlement sexuel, quelques mois après le début de l'affaire Weinstein. Christine Bravo a ainsi partagé son point de vue sur la question : "Les victimes doivent parler, d'abord à la police plutôt que sur Internet. Et avant la prescription."

"Un homme a arraché mon soutien-gorge"

Celle qui fut chroniqueuse dans Ciel mon mardi ! sur TF1 au côté de Christophe Dechavanne en a profité pour évoquer sa propre expérience et faire une terrible révélation. "Personnellement, j'ai subi trois tentatives de viol, dont une à TF1, il y a vingt-cinq ans", a confié Christine Bravo avant d'apporter quelques précisions : "Un homme, dont je ne donnerai jamais le nom, m'a enfermée dans son bureau et arraché mon soutien-gorge. J'ai hurlé, ça m'a sauvée. Mais les gens avaient la tête baissée quand j'ai pu sortir. Il n'y avait aucune solidarité envers les femmes à l'époque."

Selon elle, "ce genre d'incident était monnaie courante". Pourtant, l'ex-star du PAF ne souhaite dénoncer personne. "Si le harceleur est décédé, ses enfants n'ont pas à le savoir. S'il est toujours vivant, il y a prescription et, en plus, on risque de se faire attaquer en diffamation", regrette Christine Bravo qui estime "que le coup de genou (...) asséné ce jour-là dans les parties génitales (l'a) remboursée". Et de conclure : "Je n'ai pas été une vraie victime."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU