Cyril Lignac : "Pendant ma convalescence, j'ai beaucoup réfléchi"

Chargement en cours
Cyril Lignac lors du dîner des Grands Chefs au Quai d'Orsay à Paris, le 22 septembre 2015.
Cyril Lignac lors du dîner des Grands Chefs au Quai d'Orsay à Paris, le 22 septembre 2015.
1/2
© BestImage, Coadic Guirec

Fabien Gallet

Victime d'un accident de scooter en novembre 2016, Cyril Lignac est de nouveau sur pied. Mais autant dire que cet accrochage, qui l'a contraint à rester alité deux mois durant, a eu un véritable écho sur la vie du chef cuisinier.

À moins de 40 ans, Cyril Lignac est déjà propriétaire de quatre restaurants, d'une cinquantaine de pâtisseries et d'une chocolaterie. Mais le célèbre cuisinier, qui officie également à la télévision comme juré culinaire dans l'émission Le Meilleur Pâtissier sur M6, a été contraint de lever le pied il y a quelques mois, après avoir été renversé dans les rues de Paris. En effet, alors qu'il roulait sur son scooter, en novembre 2016, le chef a été victime d'un sérieux accident de la route. Résultat : "Une fracture fermée du tibia et du péroné de la jambe gauche" et une immobilisation forcée de plusieurs semaines. Alité, Cyril Lignac n'a eu d'autre choix que de se reposer... et en a profité pour faire une introspection sur sa vie.

"Je fais mon travail pour faire plaisir"

C'est ce que révèle le compère de Mercotte dans le numéro de mars 2017 du magazine L'Optimum. "Pendant ma convalescence, j'ai beaucoup réfléchi après douze ans à fond la caisse. Aujourd'hui, je fais mon travail pour faire plaisir, aux clients et à moi-même. Le reste, j'ai appris à en faire abstraction", a-il expliqué avant de préciser : "La profession n'a pas toujours été tendre avec moi." Loin de ses restaurants, Cyril Lignac a pu compter sur ses équipes. "L'accident m'a permis de voir qu'ils marchaient même si les clients savaient que je n'y serais pas, ça m'a rassuré", a-t-il confié. "Avant, j'avais tendance à vouloir tout contrôler. Mais l'accident m'a permis de prendre du recul", précisait le chef en janvier 2017, au Figaroscope.

Déjà bien implanté en France, Cyril Lignac ne compte pas s'arrêter là. La preuve, il n'est pas contre l'idée de proposer sa cuisine par-delà les frontières. "Si je fais quelque chose un jour, ça serait à Londres. Les États-Unis, à moins de s'y installer, c'est impossible", a expliqué à L'Optimum celui qui "ambitionne de décrocher un second macaron" pour son restaurant parisien, Le Quinzième.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
56 commentaires - Cyril Lignac : "Pendant ma convalescence, j'ai beaucoup réfléchi"
  • avatar
    alibaba01 -

    Qu'en a t-on a faire de ton accident ? Tu as été connu grâce au piston de la télévision...mais désolé, il y a meilleur que toi niveau cuisine: Faut savoir, un jour , se faire oublier!

  • avatar
    tchoushow -

    A lire Zava -touille partout, je trouve ce Monsieur pas bien tolérant..

    Vous êtes bien énnervé ce soir !

    Il vous manque quelque chose ou la journée s'est mal passée : on n'y est pour rien !

    avatar
    insulaire -

    la grande classe,effectivement ce Zava-touille, et s'il se défoule comme ça, espérons que ça se calme dans son entourage réel

  • avatar
    romanino -

    Mais qu'il se débarrasse de cette horrible mégère de mercotte !

  • avatar
    kiff -

    .....qui est vraiment indispensable en ce bas monde, notre Seigneur Jésus-Christ a accepté d'être traité comme un batard comme pour nous dire que même Dieu ( mal compris) n'est pas indispensable.....

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Savez vous que des indispensables , il y en a plein les cimetières !

  • avatar
    cleopep -

    on a tous notre opinion sur ce sujet

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Pourquoi alors nous priver du vôtre ?
    Vous êtes le genre écrire pour ne rien dire !!! ça fait pas avancer le schmilblick !