Défiguré et déprimé, Richard Virenque est abandonné par sa femme

Chargement en cours
Richard Virenque lors du 67e Festival de Cannes, le 20 mai 2014.
Richard Virenque lors du 67e Festival de Cannes, le 20 mai 2014.
1/2
© Abaca, Lionel Hahn
A lire aussi

Fabien Gallet

Cette semaine, dans les pages de Pédale!, le hors-série du magazine So Foot, c'est un ex-cycliste français qui a accepté de s'exprimer, quelques jours avant le lancement de la 103ème édition du Tour de France, début juillet prochain. Richard Virenque s'est longuement confié sur l'une des périodes les plus difficiles de sa vie : un accident et une déception amoureuse survenus entre 2006 et 2007.

En septembre 2004, Richard Virenque, figure du cyclisme français et grimpeur émérite dont l'image fut écorchée par l'affaire Festina à la fin des années 1990, annonçait son départ à la retraite. Deux ans plus tard, au cours de l'Alpes Open Tour, épreuve cyclosportive en haute montagne, l'ex-champion de 46 ans, faisait une mauvaise chute. Un accident qui aurait bien pu lui être fatal. "Traumatisme crânien, 32 points de suture, sous morphine pendant six mois", confie-t-il dans les pages de Pédale! avant de donner davantage de détails : "Comme je n'avais pas de casque, le crâne a cassé et l'oedème est ressorti avec le choc. Donc mon front s'est ouvert en deux, ça a été ma chance. Avec un casque, j'aurai eu des séquelles, des lésions, des compressions, des problèmes neurologiques derrière".

Heureusement pour lui, il est pris en charge rapidement et pas par n'importe qui. "Mon autre chance a été de tomber sur un chirurgien esthétique, le professeur Lebeau - ça ne s'invente pas - qui m'a dit: 'Monsieur Virenque, ne vous inquiétez pas (...) On va vous déca­bos­ser'". Il faut dire qu'à ce moment-là, Richard Virenque est méconnaissable. "J'étais un zombie. Mon fils, qui était tout petit, est venu me voir. Le pauvre n'a pas pu rester plus de deux minutes dans la pièce, se souvient-il. J'étais enflé de partout. Ils m'ont trépané. Ils m'ont coupé la tête en deux...". Et d'ajouter : "J'étais défiguré pendant les semaines, les mois qui ont suivi".

Plus qu'un mal-être physique, le sportif doit alors faire face à un vrai mal-être psychologique. "Après un traumatisme crânien, tu fais une dépression nerveuse pendant huit à douze mois, c'est normal, il faut juste être accompagné".

Problème, Richard Virenque se retrouve seul du jour au lendemain. "Le truc, c'est que mon ex-femme a eu la bonne idée de se barrer avec quelqu'un d'autre quand j'étais en bas de la cave, révèle-t-il. J'étais à ramasser à la petite cuillère". Une déception amoureuse qui se finira par un divorce en 2007. "Remonter la pente, ça a peut-être été le truc le plus dur de ma vie", estime celui qui officie depuis désormais comme consultant sportif. Et de conclure : "J'ai mis trois ans à me remettre de ce divorce".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
28 commentaires - Défiguré et déprimé, Richard Virenque est abandonné par sa femme
  • avatar
    hydrill -

    Il a fait étalage sur Eurosport de son immense capacité intelectuelle
    en demandant pendant la diffusion d'une étape du Tour de France
    si la destruction du village martyre d'Oradour sur Glane
    était le résultat d'un bombardement .
    M'étonne qu'avec un zig pareil qui cause au téléphone comme il le fati
    " à l'insu de son plein gré " elle soit restée aussi longtemps

    avatar
    sam19522730 -

    Et vous ?, vous êtes si interressant et intelligent ????? . Par contre ,,, vous ne manquez pas de méchanceté !!!

  • avatar
    cvm -

    que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre!

  • avatar
    Lepiouf -

    Il est pas encore mort celui la ???

    avatar
    Nonmaisoh -

    Et vous ?

  • avatar
    L40kaki -

    Le roi du dopage, dit l' un... une victime du système prétend l' autre...Je n' ai pas toujours été tendre avec ce monsieur, mais s' il n' avait été un grand champion, on ne lui aurait pas " proposé " de se doper... Quant à ses conseillers? Une chose est sûre, il est courageux, avec un fond certainement honnête. Et puis, il nous a fait rêver.

  • avatar
    JUHUTI -

    Pas du tout, il a payé pour tous les autres ...... C'est bien la le problème
    Vous n'avez pas regardé cash investigation .....TOUS les sports sont concernés alors Virenque c'est le lampiste.
    Honte au sport spectacle FOOT BASKET RUGBY CYCLISME ATHLE.et le pognon qui va avec !!!!!
    Vous avez dis blasés ?????

    avatar
    hydrill -

    Oui mais dopé à l'insu de son plein gré