Doc Gynéco : "J'avais honte de qui j'étais vraiment"

Doc Gynéco : "J'avais honte de qui j'étais vraiment"

Doc Gynéco

A lire aussi

Fabien Gallet

Il revient de loin. Cela faisait plusieurs années que Doc Gynéco restait dans l'ombre, sa carrière sur le déclin, vingt ans après l'album Première Consultation (1996) qui l'a fait connaître. Mais le rappeur a décidé d'amorcer son retour, notamment sur scène, avec un passage prévu à l'Olympia, le 25 mai 2016, et en studio. À cette occasion, l'interprète de Vanessa s'est confié au site Pure Charts sur son parcours et ses déboires liés au succès.

Au depart tout commençait bien pour Doc Gynéco. Peut-être trop d'ailleurs. "Le succès, l'estime critique et le regard des autres me sont tombés dessus à l'âge où je me cherchais encore, confie-t-il. J'avais peur de dire que j'avais quitté l'école, que je traînais dans la rue, que j'étais sur la mauvaise pente et que la musique m'a sauvé", se souvient-il avant d'ajouter : "A partir du moment où je suis sorti de mon environnement, l'inspiration n'était plus la même".

Raison pour laquelle il n'a pas réussi a renouer avec le succès avec les albums suivants. Aujourd'hui, à 41 ans, il tente à nouveau sa chance. "Il y a de la demande alors j'offre. Il y a une autre vie que la musique, j'admets que je ne l'ai pas trouvée".

Il faut dire que ce dernier a connu des heures sombres. "J'ai préféré jouer le fumeur de joints sympa, j'avais honte de qui j'étais vraiment, dit-il. Avec le recul, j'aurais pu gérer mon argent autrement, j'aurais pu me servir de ma notoriété pour faire quelque chose de bien", regrette Doc Gynéco. "En 2009, j'ai fait du théâtre. Quand tu es comédien, artiste, les théâtres, les tourneurs te paient en cachet d'intermittent et du coup tu t'inscris au Pôle Emploi pour avoir ce statut, précise-t-il. A l'époque, j'avais une grosse ardoise aux Impôts que j'ai payée et ça m'arrangeait bien d'avoir ce statut".

Une situation qui a empiété sur sa vie sentimentale. ''Ma meuf m'a mis dehors (...). Après, je n'avais plus d'argent, j'ai été obligé d'aller travailler, d'économiser, de gérer mon budget comme tous les Français. J'ai mis un frein à mon train de vie, j'ai arrêté de fumer, de boire, de dépenser mal à propos'', conclut Doc Gynéco.

 
42 commentaires - Doc Gynéco : "J'avais honte de qui j'étais vraiment"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]