Dominique Farrugia évoque son combat secret contre la sclérose en plaques

Chargement en cours
Dominique Farrugia visite l'exposition Lumière ! Le Cinéma Inventé, au Grand Palais à Paris, en mars 2015.
Dominique Farrugia visite l'exposition Lumière ! Le Cinéma Inventé, au Grand Palais à Paris, en mars 2015.
1/2
© Abaca, Nicolas Gouhier

Fabien Gallet

Mardi 1er mars, Marc-Olivier Fogiel a convié Dominique Farrugia sur le Divan de son émission diffusée sur France 3. Comme de nombreux invités avant lui, l'humoriste qui a fait la gloire des Nuls aux côtés de Chantal Lauby, Alain Chabat et Bruno Carette, est revenu sur son enfance, sa carrière mais aussi sur sa santé. En effet, il y a plus de vingt ans, ce dernier s'est vu diagnostiquer une terrible maladie : la sclérose en plaques.

C'est un mal qui le ronge depuis de nombreuses années. Une maladie qui n'a pas tout de suite été découverte selon Dominique Farrugia. Après l'apparition des premiers symptômes, des fourmillements partout dans le corps à une chute sur le tournage d'un sketch des Nuls, "on a mis un an à diagnostiquer ma maladie". Cette sclérose en plaques, le comédien l'avait déjà "pendant Les Nuls l'émission et pendant La Cité de la peur", paru en 1994. "Je ne me suis pas du tout ménagé pendant ces années-là, a-t-il raconté à Marc-Olivier Fogiel avant de poursuivre : "Je sortais beaucoup avec Jean-Luc Delarue , qui était un vrai pote à l'époque et je ne me suis pas du tout épargné."

Et pour cause, personne ne l'informe de la gravité de cette maladie. "Il n'y avait pas Inter­net, il n'y avait pas Google. Donc, on ne pouvait pas aller taper et savoir exactement ce que c'était que la sclérose en plaques qui était un truc assez bizarre." D'autant plus que "le docteur n'a pas voulu (lui) faire peur", en lui expliquan que les symptômes étaient susceptibles d'évoluer, jusqu'à la paralysie.

Plus combatif que jamais, Domi­nique Farru­gia fait alors le choix de garder secret son problème de santé. "Je pense qu'ils n'ont jamais compris que j'étais malade mes parents, jusqu'à ce qu'ils me voient vraiment malade", a-t-il avoué avant de préciser : "J'ai toujours essayé de faire exactement comme c'était avant. J'en ai peu parlé parce que je n'avais pas envie qu'on me voit comme un malade. Je l'ai cachée pendant dix ans de ma vie pour continuer à travailler, à faire des sketchs, à réaliser mon premier film... pour ne pas que ça entrave mon activité professionnelle", a conclu celui qui, après en avoir "eu marre de la cacher", décidait finalement de parler de sa sclérose en plaques dans une des émissions de Thierry Ardisson.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU