Donald Trump a presque dépensé autant en un mois que les Obama en un an !

Chargement en cours
Donald Trump de retour à Washington après un séjour à Mar-a-Lago en Floride, le 20 février 2017.
Donald Trump de retour à Washington après un séjour à Mar-a-Lago en Floride, le 20 février 2017.
1/3
© Abaca, UPI

Hélène Garçon

Un mois seulement après l'investiture de Donald Trump en tant que 45e président des États-Unis, une enquête du Washington Post a rapporté que ce dernier menait grand train. Et pour cause ! Ses multiples allées et venues auraient déjà coûté autant que les dépenses du couple Obama en un an.

11,3 millions de dollars dépensés en un mois

On savait que Donald Trump avait la folie des grandeurs, mais pas à ce point- là ! Une enquête menée par le Washington Post, publiée le 16 février 2017, révèle en détail le train de vie fastueux du chef d'État américain, lequel dépenserait douze fois plus que son prédécesseur. En effet, selon le quotidien américain, Donald Trump aurait déjà dilapidé 11,3 millions de dollars en 31 jours, soit environ 10,7 millions d'euros. Une coquette somme qui se rapproche des 12,1 millions de dollars dépensés en moyenne par les Obama en une année de présidence. À ce rythme, le mandat de quatre ans de Donald Trump "pourrait dépasser de plusieurs centaines de millions de dollars" le budget des huit années de présidence de Barack Obama qui auraient coûté au total 96 millions de dollars, soit environ 91 millions d'euros, selon le quotidien américain.

La famille Trump en déplacement : un "cauchemar logistique"

De quoi faire grincer des dents les contribuables américains auxquels revient la note plutôt salée, mais aussi celles des services secrets. Ceux-ci s'arracheraient les cheveux face aux problèmes liés à la sécurité de Donald Trump, lequel n'hésiterait pas à se déplacer avec sa famille aux quatre coins du monde. Parmi ces dépenses figureraient, en effet, trois voyages dans son club privé de l'île de Mar-a-Lago en Floride, mais aussi des déplacements d'affaires de membres de sa famille ainsi que ses déplacements professionnels. "C'est un cauchemar logistique", assure au journal Jonathan Wackrow, un ancien agent des services secrets, qui parle d'une pression "monumentale" pour ses collègues.

Du côté de Donald Trump, une porte-parole de la Maison-Blanche affirme au Washington Post que le Président ne profiterait pas de ces allers-retours comme de "vacances" et travaillerait "non-stop chaque jour de la semaine, où qu'il se trouve".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU