Écoeurée par les questions d'héritage, Laeticia Hallyday monte au front

Écoeurée par les questions d'héritage, Laeticia Hallyday monte au front
Johnny et Laeticia Hallyday à la première de "Rules Don't Apply" à Los Angeles, le 10 novembre 2016.

Fabien Gallet

Alors qu'il paraissait si soudé, le clan Hallyday est plus divisé que jamais. La faute à des questions de succession. Les grands enfants du Taulier et son épouse Laeticia se livrent désormais une bataille qui devrait évoluer au niveau juridique.

La fille aînée du chanteur décédé début décembre 2017 a pris les devants via un communiqué publié par ses avocats ce lundi 12 février 2018. Elle y annonçait vouloir contester le testament de son père (en règle avec la "loi californienne" mais ne relevant pas des "exigences du droit français", selon ses représentants). Bien décidée à "mener toutes les actions de droit" pour arriver à ses fins, Laura Smet est soutenue par son frère, David Hallyday. En jeu : des souvenirs, des droits d'artiste, des biens immobiliers... Un patrimoine estimé à plus de 100 millions d'euros selon les experts de BFM Busi­ness.

Laeticia ne veut "pas polémiquer par voie de presse"

Face à cette démarche, la veuve de Johnny Hallyday a brisé le silence par le biais de ses avocats pour adresser un communiqué à l'AFP. Elle y fait part de son "écoeurement" suite à "l'irruption médiatique autour de la succession de son époux". "Cependant, elle ne souhaite pas polémiquer par voie de presse sur les dires de Laura et David Hallyday et de leurs avocats", précise le communiqué qui stipule que la mère de Jade et Joy "regrette" que ses beaux-enfants "aient choisi la voie médiatique plutôt que de s'en tenir à un cadre familial et légal".

Si le clan Hallyday semble divisé, Laeticia reste "sereine". Selon ses représentants, elle "n'aura de cesse de consacrer toute son énergie à faire respecter le travail et la mémoire de son mari, selon sa volonté et en conformité avec l'esprit de son oeuvre inestimable".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU