Enrico Macias : "J'ai perdu ma femme à cause de cette banque"

Enrico Macias : "J'ai perdu ma femme à cause de cette banque"
Enrico Macias à l'avant-première du film "Raid Dingue" à Paris, le 24 janvier 2017.

Fabien Gallet

"J'ai beaucoup souffert de la mort de ma femme", confiait Enrico Macias en 2015 à Sophie Davant. Aujourd'hui, près de dix ans après la disparition de sa moitié, Suzy, le chanteur doit faire face à ce douloureux passé avec l'ouverture du procès Landsbanki.

Mercredi 3 mai 2017, face au tribunal, l'interprète de Les Filles de mon pays a assuré s'être fait "escroquer". En 2007, ce dernier accepte un prêt de 35 millions d'euros proposé par la filiale luxembourgeoise de la banque islandaise Landsbanki, afin de faire des travaux dans sa maison de Saint-Tropez. "Neuf millions en liquide, et le solde placé essentiellement en contrats d'assurance-vie. En échange, il gage sa propriété", explique Le Parisien. Mais avec la crise de 2008, l'établissement met la clé sous la porte et Enrico Macias voit sa maison, alors hypothéquée, menacée d'être vendue.

"Je ne vais pas me laisser faire"

"Cela fait dix ans que je vis avec la peur au ventre de perdre mon seul bien. J'ai sué pour l'avoir. J'ai travaillé près de cinquante ans pour obtenir ce privilège d'avoir une belle propriété... Et d'un seul coup je risque de la perdre car on m'a menti, trompé et escroqué", a déclaré le chanteur au tribunal, selon l'AFP.

Profondément touché par la situation, le chanteur a par la suite assuré que cette affaire, qui dure depuis près de dix ans, avait influé sur la santé de son épouse alors "très très malade". "Je suis lésé depuis dix ans. J'ai perdu ma femme à cause de cette banque. Ils peuvent prendre ma maison, je m'en fous. Je ne vais pas me laisser faire", a-t-il assuré.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU