Europe 1 mis en demeure par le CSA à cause de Nicolas Canteloup

Europe 1 mis en demeure par le CSA à cause de Nicolas Canteloup
Nicolas Canteloup à Europe 1 à Paris, le 3 septembre 2014.

Anthony Vincent

Le sketch sur l'affaire Théo L., jeune homme présumé violé par des policiers à Aulnay-sous-Bois, avait fait scandale.

"J'ai rendu possible le mariage gay", commenceNicolas Canteloup en imitant dans le cadre de sa chronique "La Revue de presque" du 8 février 2017 sur Europe 1 le président de la République de l'époque, François Hollande. "Avec cet épisode de la matraque, si Théo, après réflexion, se découvre des sentiments pour le policier qui lui a introduit la matraque, ils pourront grâce à moi s'épouser. C'est légal !" Cette blague plus que douteuse de l'humoriste a suscité une vive polémique, puisqu'elle tournait en dérision la victime d'un viol présumé, Théo L., 22 ans au moment des faits, perpétré par des policiers, lors d'une violente interpellation à Aulnay-sous-Bois.

"Atteinte à la dignité de la personne humaine"

Saisi par le grand public à propos de cette chronique, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel vient d'annoncer ce lundi 31 juillet via communiqué, l'adresse d'une mise en demeure à la chaîne de radio Europe 1 à ce sujet. Le CSA estime ainsi que le "fait de moquer la victime nommément désignée d'un viol présumé, gravement blessée à cette occasion et toujours hospitalisée au moment de la diffusion de la séquence, traduisait une complaisance dans l'évocation de la souffrance humaine constitutive d'une atteinte à la dignité de la personne humaine".

L'autorité de régulation de la télévision et de la radio françaises a donc mis en demeure la station du groupe Lagardère afin que cette dernière remplisse ses obligations en matière de respect de la dignité humaine.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU