Eurovision : Marianne James craint une "chasse aux p*dés"

Eurovision : Marianne James craint une "chasse aux p*dés"
Marianne James lors du tournoi de Roland-Garros à Paris, le 25 mai 2016.

Fabien Gallet

À quelques jours de l'Eurovision, Marianne James a fait part de ses craintes face à l'homophobie qui règne en Ukraine, pays organisateur du concours cette année.

Du 9 au 13 mai 2017, Marianne James fera partie de la délégation qui se rendra à Kiev pour assister à la 62e édition de l'Eurovision et soutenir la participation de la candidate française, Alma. Avant le grand départ, l'ex-jurée de Nouvelle Star s'est exprimée au micro de RTL, samedi 29 avril dernier, et a tenu à dénoncer le traitement des homosexuels en Ukraine, le même qu'en Russie. "On va pas se mentir, la position de Poutine sur les homosexuels est tellementredoutable", a-t-elle assuré avant d'ajouter : "En Ukraine on a aussi ce climat-là, car on casse beaucoup du p*dé, c'est une réalité, ils se font casser la tête."

"En Ukraine comme en Russie, c'est un sport"

Ce genre d'actes envers la communauté LGBT fait donc redouter le pire à Marianne James. "L'Euro­vi­sion c'est beaucoup de gays, c'est très gay-friendly. Moi je leur ai dit aux copains qui y vont : 'Restez ensemble, restez soudés quand vous n'êtes pas dans le circuit Euro­vi­sion'", a expliqué l'interprète de 55 ans, précisant craindre une éventuelle "chasse aux p*dés" menée en "4×4" par "des mecs avec des battes de base­ball". Et de préciser : "En Ukraine comme en Russie, c'est un sport."

"En plus on va revenir, on sera tous lumineux parce qu'on sera à 80 km de Tchernobyl. Moi je vais vous dire alors là, on va être irradié, de bonheur, de photons et de neutrons !", a finalement conclu Marianne James avec un brin d'ironie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU