Flavie Flament, violée enfant : "Je vivrai avec ça jusqu'à la fin de mes jours"

Chargement en cours
Flavie Flament assiste à la conférence de presse de rentrée du groupe RTL à Paris, le 7 septembre 2016.
Flavie Flament assiste à la conférence de presse de rentrée du groupe RTL à Paris, le 7 septembre 2016.
1/2
© BestImage, Coadic Guirec

Fabien Gallet

Flavie Flament sortira mercredi 19 octobre 2016 un ouvrage choc intitulé "La Consolation", dans lequel elle révèle avoir été abusée sexuellement à l'âge de 13 ans. À cette occasion, l'animatrice de RTL a multiplié les interviews et les témoignages déchirants.

Il y a près de trente ans, la vie de Flavie Flament bascule. À seulement 13 ans, un célèbre photographe de mode lui vole à jamais son enfance et son innocence. Un terrible événement que l'ancienne animatrice star de TF1 a occulté pendant longtemps, avant que des flashs ne lui reviennent il y a quelques années. "En psychiatrie, on parle de dissociation. Ça a commencé lors du viol. Votre corps s'abandonne mais votre esprit n'est plus là, explique-t-elle dans une interview accordée au Journal du Dimanche, dimanche 16 octobre. "Quand la mémoire se réveille, ça tient de la sorcellerie. Pendant des années, elle s'était nichée dans un endroit insoupçonné de votre corps. Les souvenirs sont intacts (...) Ils reviennent avec la même violence que lorsque vous les avez vécus, mêmes sensations d'effroi, de sidération, d'abandon", ajoute-t-elle.

"Je n'aurais jamais imaginé ce qu'il allait faire"

Confrontée à ses souvenirs, Flavie Flament décide de coucher sa douleur sur le papier. C'est ainsi que son autobiographie "La Consolation" voit le jour. Dans ce livre, elle revient sur les faits. "Nous étions à la terrasse d'un café un soir, sur le port, à manger un banana split. Je n'ai pas vu le prédateur arriver. Quand il a proposé à ma mère que je fasse des essais, elle a été ravie", raconte la journaliste de 42 ans au magazine Elle. "Ma mère m'a ensuite emmenée, tous les après-midi chez lui, faire des photos. J'ai senti rapidement que les essais étaient un rite de passage pour être la 'nouvelle élue'. C'était une façon de prendre l'ascendant sur moi. Mais je n'aurais jamais imaginé ce qu'il allait faire", admet-elle.

Interviewée dans le cadre de l'émission Sept à Huit sur TF1, l'ex-épouse de Benjamin Castaldi précise d'ailleurs que les premières séances ne s'étaient pas forcément bien passées : "On est dans un quartier naturiste, dans les années 80... Quand vous avez un photographe qui ouvre la porte nu, avec juste un appareil photo en bandoulière posé sur le ventre, a priori, on est pas dans quelque chose de tout à fait normal."

Elle ne révélera pas le nom de son violeur

Pourtant, la mère de Flavie Flament ne semble pas alertée. "Par son âge (il avait alors une cinquantaine d'années) et sa notoriété, c'était donc une domination à double titre. Cet écart social lui donnait une grande force dont il a su user, à tel point qu'il payait ma mère avec un pauvre Polaroid", révèle-t-elle dans les pages du JDD : "C'est pour cela que j'ai écrit : 'Un viol = un Pola.'" Depuis, l'animatrice n'a "plus de liens du tout" avec sa mère. "J'ai coupé les ponts avec tout ceux qui pouvaient m'empêcher de me consoler", précise-t-elle.

Si Flavie Flament a osé sauter le pas en se confiant sur son agression sexuelle, dissuadée par "le couperet de la prescription concernant ce type de crime", elle estime toutefois ne pas être en mesure de dévoiler l'identité dudit photographe. "Aujourd'hui, cet homme est juridiquement hors d'atteinte. Cela n'en fait pas un innocent pour autant. Le bourreau est inattaquable et moi je vivrai avec cela jusqu'à la fin de mes jours", explique-t-elle au JDD avant de conclure : "Et je ne suis pas la seule dans ce cas."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU