Florence Foresti s'indigne contre l'affichage des magazines porno en kiosque

Florence Foresti s'indigne contre l'affichage des magazines porno en kiosque
Florence Foresti assiste à la première de "Monsieur & Madame Adelman" à Paris, le 6 mars 2017.

Fabien Gallet

L'humoriste de 44 ans est excédée. Sur Instagram, elle s'est insurgée contre l'affichage de magazines à caractère pornographique sur les kiosques à journaux.

Alors qu'elle évoquait encore récemment son combat contre les violences sexistes et sexuelles, Florence Foresti a trouvé un nouvel objet de lutte : les magazines pornographiques affichés sur la voie publique. "Est-ce qu'on est vraiment obligé de se taper ça tous les jours sur nos kiosques ?", a-t-elle écrit en légende d'une photo postée sur son compte Instagram ce lundi 26 mars 2018.

"Les enfants ont des yeux"

Au-delà de ce qui pourrait s'apparenter à une simple pollution visuelle pour certains, l'humoriste, mère d'une petite fille de 10 ans, estime que ce genre de publications peut être un danger pour la jeunesse. "Pour mémoire, les enfants ont des yeux. Et un cerveau", a-t-elle rappelé en légende de la photo sur laquelle on peut distinguer des femmes dévêtues posant de manière suggestive. Un cliché "liké" plus de 30 000 fois auquel a accepté de réagir le magazine visé, à savoir Hot Video, contacté par la rédaction du site jeanmarcmorandini.com : "Nous entendons son désir de censure (...) Rappelons que les magazines X sont affichés ainsi depuis plus de... 30 ans."

Et le responsable communication de la revue d'ajouter : "Ces magazines sont placés le plus haut possible, justement pour éviter le regard des plus jeunes et les parties intimes sont totalement masquées. Si nous commençons à censurer où nous arrêterons-nous ? Madame Foresti est-elle tout aussi gênée lorsqu'elle voit un homme nu en maillot de bain à la Une d'un magazine féminin, pubis à moitié dévoilé ?" Et de conclure : "Qui va décider ce qui est affichable ou pas ?" Que répondra l'humoriste ? Affaire à suivre...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU