Francis Huster raconte le viol dont il a été victime à l'âge de 12 ans

Francis Huster raconte le viol dont il a été victime à l'âge de 12 ans
Francis Huster lors de l'ouverture de la 57e édition du Festival de la Télévision de Monte-Carlo, le 16 juin 2017.

Hélène Garçon

À l'occasion de la sortie de son ouvrage "N'abandonnez jamais, ne renoncez à rien" aux éditions Le Cherche Midi, Francis Huster était l'invité de Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché" diffusé le samedi 9 septembre 2017. Sur le plateau, le comédien a raconté un épisode tragique de son enfance, qui lui a inspiré l'écriture de son livre.

Et si l'écriture était le moyen d'exorciser des souvenirs traumatisants du passé, qui, couchés sur le papier, permettraient à l'auteur de prendre un peu de distance ? Après l'épouvantable confession d'Amélie Nothomb qui révélait dans Le Monde avoir été violée à l'âge de 12 ans, c'est au tour de Francis Huster de s'épancher sur son enfance, et notamment sur un épisode particulièrement douloureux survenu quand il était lui aussi tout jeune. "J'ai écrit ce livre tout simplement parce qu'à 12 ans, dans la maison de ma grand-mère, je me suis retrouvé en pleine nuit dans le lit et j'ai vu une lampe de poche. Et un homme s'est approché de moi et il m'a violé avec un couteau, là", a-t-il expliqué sur le plateau d'ONPC en désignant la carotide.

Francis Huster a fait le choix d'une nouvelle vie

Le lendemain, le jeune Francis Huster, dont l'agresseur s'est volatilisé après avoir abusé de lui, se retrouve au commissariat avec sa grand-mère et le compagnon de celle-ci. Il explique alors au policier qu'"un monsieur (lui) avait mis un doigt dans le derrière et qu'(il) ne comprenait pas pourquoi".

Devant les photos de suspects que lui tend l'officier, Francis Huster se rend compte qu'il a le choix entre "devenir un homme, c'est-à-dire vivre une autre vie que celle qui (lui) était destinée ou trahir un inconnu". "J'ai décidé que j'allais vivre une autre vie", a-t-il conclu sur le plateau.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU