Françoise Hardy : son fils Thomas Dutronc lui a a sauvé la vie !

Chargement en cours
Françoise Hardy dédicace son livre pendant le Salon du Livre à Paris, le 23 mars 2013.
Françoise Hardy dédicace son livre pendant le Salon du Livre à Paris, le 23 mars 2013.
1/2
© Abaca, Briquet-Wyters

Justine Fiordelli

Une mauvaise chute survenue le 3 mars 2015 aurait pu lui coûter la vie, alors qu'elle était atteinte d'un lymphome depuis 2004. Aujourd'hui sur pied, Françoise Hardy revient sur ce cauchemar dans les colonnes de Paris Match.

Actuellement en pleine promotion suite à la sortie de son livre "Un cadeau du ciel" aux Éditions des Équateurs, dans lequel elle raconte son combat contre la maladie et évoque entre autres son coma artificiel, Françoise Hardy semble aujourd'hui prête à reprendre goût à la vie. Pourtant à l'époque, elle ne voulait qu'une seule chose : mourir.

Elle se souvient : "Je suis passée à côté de la mort dont je rêvais. À l'époque, je vivais un véritable enfer depuis près de quatre ans. On me disait qu'on allait m'administrer une douzaine de chimiothérapies. Je pensais : 'Si ma vie doit être ainsi désormais, je préfère mourir. Et si possible dans mon sommeil.'" Des mots forts qu'elle soutient encore aujourd'hui. "Entre vivre une existence qui physiquement était devenue insupportable et mourir, je préférais mille fois mourir. Vraiment. Je suis une grande partisane de l'euthanasie, depuis l'adolescence", explique-t-elle.

Thomas Dutronc : son fils, son sauveur

Remise sur pied, Françoise Hardy, explique le rôle que son fils Thomas Dutronc a joué dans sa rémission. Alors qu'elle était plongée dans le coma, c'est à lui qu'est revenu le rôle de décider des décisions phares, comme notamment celle de lui faire administrer la chimiothérapie. "Je ne pouvais rien faire, j'étais un objet dans les mains des médecins. C'est Thomas qui a dû prendre les décisions les plus importantes me concernant", confie-t-elle.

Avant de préciser : "J'ai découvert que l'hématologue l'avait appelé pour lui dire que c'était fini, il fallait qu'il fasse venir son père à Paris : il ne pouvait pas m'administrer la chimio sans son autorisation et celle de Thomas. 'Si ça marche, il y a une chance qu'elle aille mieux qu'avant.' C'est cette phrase qui a décidé Thomas."

À l'époque, son fils venait à son chevet chaque jour : "Il m'a expliqué qu'il était venu me voir tous les jours − je n'en ai aucun souvenir. Que parfois j'ouvrais les yeux, je le regardais avec tellement d'amour qu'il ressortait dynamisé de l'hôpital. Ça lui faisait du bien." Elle peut maintenant se tourner vers l'avenir : "Tant que mes proches, Thomas et Jacques en tête, vont bien, alors oui, moi aussi ça va."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
22 commentaires - Françoise Hardy : son fils Thomas Dutronc lui a a sauvé la vie !
  • avatar
    gretel01 -

    Seulement voilà : mourir dans la dignité nous ai interdit.

  • avatar
    chri83 -

    j'ai deouis 13 ans la meme maladie que francoise j' ai fait au total 5 serie de 6 mois de chimio a ce jour je suis en immunotherapie et je n'ai jamais ete mis dans un coma donc malgré que j'adore frabcoise pour sa musique lç je pense que les medias en rajoute

  • avatar
    moumoune85 -

    j'aime beaucoup cette personne, et je lui souhaite le meilleurs!!!

  • avatar
    royco -

    il parait qu'elle n'était pas sciée en deux tous les jours avec Dutronc !

    avatar
    amitie25 -

    c'est bas et pas drôle du tout .... vous auriez fait de vs abstenir d'écrire

  • avatar
    huggui -

    En plus, c'est bon, cela fait un an qu'on sait que son fils lui a sauvé la vie !