Frédéric Lopez : enfant maltraité, il se confie à coeur ouvert

Chargement en cours
Frédéric Lopez lors du 19e Festival International du film de Comédie de l'Alpe d'Huez, le 14 Janvier 2016.
Frédéric Lopez lors du 19e Festival International du film de Comédie de l'Alpe d'Huez, le 14 Janvier 2016.
1/2
© BestImage, Dominique Jacovides
A lire aussi

Fabien Gallet

Avec ses émissions, Frédéric Lopez joue sur la corde sensible avec ses invités. Mais dans les pages de Nous Deux, c'est au tour de l'animateur (qui s'apprête à revenir avec un nouveau numéro de Rendez-vous en terre inconnue avec Clovis Cornillac, le 12 avril 2016), de se livrer à coeur ouvert. Ce dernier revient notamment sur la violence de son père, qu'il craignait beaucoup.

Derrière son sourire, se cache une cicatrice. Celle d'un enfant maltraité. "Je n'étais pas un enfant désiré, ma mère a accouché de moi à 16 ans dans le plus grand secret", révèle Frédéric Lopez. "Mon père, lui, était reparti au Maroc avant de revenir quand j'avais 2 ans, pour accomplir son devoir. J'avais le visage de sa contrainte, il me l'a fait payer", se souvient celui qui est alors la cible de phrases assassines : "'quel bon à rien !', 'quel c*n ce gosse !'", entend-t-il alors.

Une période qui, comme on l'imagine, a été difficile pour le jeune garçon de l'époque : "Ce dénigrement a engendré ma peur, il me terrorisait, du coup j'étais craintif et empoté, ce qui faisait encore grandir la violence", précise l'animateur. "Un jour, à 15 ans, la violence entre nous a encore monté d'un cran quand un copain a surgi et nous a interrompus, s'il n'était pas intervenu je ne sais pas quel drame se serait passé. Depuis ce jour, je n'ai plus eu peur de lui..." livre Frédéric Lopez dans les pages de Nous Deux.

Aujourd'hui, l'animateur de 48 ans va mieux. "La compréhension de l'autre m'a bien sûr aidé à me réparer. L'autre m'a sauvé de moi !", explique celui qui, en 2011, se confiait déjà sur son passé "pour faire un passer un message". Une déclaration qui lui avait permis de crever l'abcès : "Une déflagration a alors soufflé ma famille. Toutefois, le temps a passé, je vis aujourd'hui en harmonie avec mes parents, c'est un équilibre que je ne connaissais pas et n'imaginais pas". Et d'ajouter : "J'ai pardonné, parce que j'ai compris que mes parents avaient fait comme ils avaient pu."

Lui-même père de famille, Frédéric Lopez n'a pas reproduit le même schéma avec son fils. "Notre entente est très belle. Lui dit que je suis parfait, je ne le pense pas, je crains au contraire d'être trop absent, mais heureusement, nous avons nos moments rien qu'à nous", conclut-il.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
85 commentaires - Frédéric Lopez : enfant maltraité, il se confie à coeur ouvert
  • avatar
    BARMAT -

    Ce n'est qu'un minable pauvre et doté d'une intelligence concrète......en clair on s'en fout

  • avatar
    kirikou31 -

    Quel besoin a-t-il d'étaler cela tout ces gens d e la TV , cinéma et autres n'ont aucune pudeur .
    Nous autres parents avons tous des faiblesses , nous ne sommes que des humains- enfin la majorité- et faisons tous des erreurs
    Est-ce parce que son émission affiche un taux d'audience en baisse ou alors c'est un pauvre garçon

    avatar
    romanino -

    En effet, on s'en tape ! On a tous connu des enfances plus ou moins difficiles, alors basta !

  • avatar
    Claude95 -

    A lire les commentaires il est clair qu'il y en a bon nombre qui n'ont pas résolu leur problèmes d'enfance
    Seule la parole libère

    avatar
    zazou -

    " Au début, était le verbe " :-) merci pour vos interventions . " Il ne faut jamais désespérer " Bonne Journée .

  • avatar
    parisman -

    besoin de pub? son audience est en baisse?

  • avatar
    SonGofpaRtisants -

    Arrêtez vos mensonges monsieur Lopez..