Frédéric Lopez est allé "au bout de ses rêves" grâce à Jean-Jacques Goldman

Chargement en cours
Frédéric Lopez en marge du 19ème Festival de l'Alpe d'Huez, le 14 janvier 2016.
Frédéric Lopez en marge du 19ème Festival de l'Alpe d'Huez, le 14 janvier 2016.
1/2
© Abaca, Ampilhac Mireille

Hélène Garçon

Dans une interview accordée au Parisien, Frédéric Lopez est revenu sur son parcours de journaliste, qui a parfois été semé d'embûches. Si le présentateur de Rendez-vous en terre inconnue a, aujourd'hui, une place privilégiée à la télévision, c'est notamment grâce à Jean-Jacques Goldman.

À 49 ans, Frédéric Lopez est un journaliste accompli qui n'a plus rien à prouver. Son émission Rendez-vous en terre inconnue bat des records d'audience, et son prochain programme Mille et une vies, diffusé sur France 2 dès la rentrée, à la place de Toute une histoire de Sophie Davant, a toutes les chances de suivre le même chemin. Sa carrière flamboyante, Frédéric Lopez la doit avant tout à Jean-Jacques Goldman, qu'il a eu la chance de rencontrer alors qu'il venait de décrocher son premier emploi chez Auto Infos en 1991. "J'ai cru à une blague, se rappelle l'animateur. J'avais droit à vingt minutes, mais ça a duré une heure trente ! J'ai été bouleversé, car il a posé son regard sur moi et m'a dit : 'Vous m'avez posé des questions qu'on ne m'a jamais posées'. Cela m'a donné confiance en moi".

Le refrain d'une vie

Pour rendre hommage à l'homme qui l'a convaincu de poursuivre sa carrière, Frédéric Lopez, qui pose ses valises chez RFM en 2010, n'hésite pas à donner à son programme le nom d'un des tubes de son idole. "Ce n'est pas un hasard si j'ai appelé l'une de mes émissions sur RFM comme sa chanson 'J'irai au bout de mes rêves'", confie le présentateur.

Un titre qui revêt une connotation toute particulière pour Frédéric Lopez, qui, depuis son plus jeune âge, a trouvé dans les chansons de Jean-Jacques Goldman le courage de faire face à une enfance difficile, et à un père tyrannique qui faisait vivre la famille dans "un état d'anxiété extrême, le sentiment que tout peut péter à tout moment", comme il le relatait en 2012 à Libération. Malgré tout, l'animateur réussit à se "construire une vie en parallèle de sa famille". Et de souligner : "Jean-Jacques Goldman m'a aussi beaucoup aidé, avec des chansons comme 'C'est ta chanson' ou 'Au bout de mes rêves'".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU