Gérard Holtz dévoile sa plus grande peur

Chargement en cours
Gérard Holtz,en marge du Téléthon 2014 à Paris, le 13 novembre 2014.
Gérard Holtz,en marge du Téléthon 2014 à Paris, le 13 novembre 2014.
1/2
© Abaca, Cyril Bernard / AFM
A lire aussi

Fabien Gallet

Gérard Holtz, monsieur Sport de France Télévisions, s'apprête à animer pour la toute dernière fois le Tour de France, du 02 au 24 juillet prochain. À cette occasion, et avant de quitter le petit écran pour se consacrer à d'autres projets, le journaliste de 69 ans a accepté l'invitation de Catherine Ceylac. Sur le plateau de Thé ou café, samedi 04 juin 2016 sur France 2, ce dernier est revenu sur son rapport à la mort et a évoqué, non sans émotion, sa plus grande crainte : être séparé de sa femme.

De quoi peut bien avoir peur Gérard Holtz ? Catherine Ceylac a mené l'enquête mais a touché la corde sensible. Alors qu'elle l'interrogeait sur la mort, qu'il a failli côtoyer à maintes reprises, notamment dans un crash d'hélicoptère en marge du Paris Dakar, le célèbre commentateur a avoué ne pas avoir peur : "C'est pas de l'orgueil, c'est pas de l'inconscience, non j'ai pas peur, j'ai pas peur de la mort par exemple (...) Je suis habitué à l'idée de la mort, à l'idée de disparaître", a-t-il expliqué en toute honnêteté avant d'être brusquement saisi par l'émotion.

La gorge nouée, les larmes au bord des yeux, Gérard Holtz a difficilement poursuivi : "Alors, j'ai juste là, maintenant, j'y pense tous les jours, c'est vrai... à propos de l'amour... le jour où... il va falloir... se séparer avec mon grand amour...". Ce dernier a bien eu du mal à terminer sa phrase. Il faut dire qu'entre lui et Muriel Mayette, c'est l'amour fou depuis quelques années. Le couple, marié en 2013 ne se lâche plus, si bien que le journaliste sportif de France Télévisions a récemment décidé de quitter l'antenne afin de suivre sa moitié jusqu'en Italie, où cette dernière a été nommée à la tête de la Villa Medicis.

Face à son invité ému et demandant "pardon" pour cette tristesse passagère, Cathe­rine Ceylac a essayé de consoler le journaliste : "C'est très loin tout ça Gérard, faut pas y penser !". Ce dernier a finalement trouvé la force de se reprendre : "Mais si parce que, en y pensant, on l'absorbe, on la digère. C'est ce que j'ai dit à mes fils depuis toujours, la mort fait partie de la vie. Nos cellules tous les jours, meurent. Et c'est vrai que là maintenant il y a une autre dimension", a-t-il conclu. Une bien belle déclaration d'amour à Muriel Mayette.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU