Gilles Verdez ruine-t-il sa carrière ? Ses proches s'inquiètent !

Chargement en cours
Portrait du chroniqueur de  Touche Pas à Mon Poste , Gilles Verdez, le 08 février 2016.
Portrait du chroniqueur de Touche Pas à Mon Poste, Gilles Verdez, le 08 février 2016.
1/2
© BestImage, CEDRIC PERRIN
A lire aussi

Hélène Garçon

Gilles Verdez n'a pas toujours été le chroniqueur ronchon, réputé pour ses coups de gueule et ses pitreries dans l'émission Touche Pas à Mon Poste. Avant qu'il n'enfile son déguisement de fanfaron sur le plateau de D8, le confrère de Cyril Hanouna a mené une carrière de journaliste reconnu et respecté. Qui aurait pu croire que le clown de l'émission tenait, il y a peu de temps encore, les rênes de prestigieuses rédactions, comme celle du Parisien ou de France Soir, et qu'il a même reçu en 1991 le prix du scoop du Festival d'Anjou ? Pas grand monde. Et c'est ce qui inquiète les proches de cet ancien rédacteur en chef, lesquels voient en ces happenings à répétition la perte de crédibilité de Gilles Verdez ainsi que le révèle le journal L'Equipe où le journaliste a autrefois mené une carrière de grand reporter.

Certains de ses anciens collègues, dont la plupart ont souhaité garder l'anonymat, avouent être surpris par le virage pris par leur vieil ami, autrefois reconnu dans le milieu pour ses enquêtes fouillées et dont le nom maintenant n'évoque plus que des gags télévisés à répétition frisant parfois l'humiliation. "Je préfère ne pas m'exprimer sur le sujet, j'ai trop d'estime pour Gilles", a déclaré un des journalistes du magazine sportif, tandis qu'un autre n'y allait pas par quatre chemin, tirant la sonnette d'alarme : "Il ne se rend pas compte qu'il est complètement décrédibilisé sur ce qu'il fait sur D8, cela met en péril son vrai métier".

De son côté, le principal intéressé balaye d'un revers de main toutes ces mises en garde, estimant "qu'on peut avoir plusieurs facettes dans le milieu professionnel tout en restant soi-même". Un point de vue partagé par son ami et confrère, Cyril Hanouna, qui le défend en ces termes : "Ce n'est pas parce qu'on a déconné avec une perruque un soir qu'on ne peut pas parler de sujets sérieux après, au contraire, a-t-il lâché. C'est une grande intelligence et une grande lucidité de sa part de pouvoir faire les deux. 90 % de ses confrères qui le critiquent aimeraient être à sa place", a conclu l'animateur star de Touche Pas à Mon Poste.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU