Guillaume Canet revient sur son burn out

Chargement en cours
Guillaume Canet à la soirée de révélation des César dans les salons Chaumet à Paris, le 16 janvier 2017.
Guillaume Canet à la soirée de révélation des César dans les salons Chaumet à Paris, le 16 janvier 2017.
1/3
© Abaca, Wyters Alban

Hélène Demarly

Dans les pages du dernier Télérama, Guillaume Canet revient sur son passage à vide après l'échec de "Blood Ties" en 2013. "Un dur et long burn out", dont il a mis un an à se remettre.

En pleine promotion pour son prochain film "Rock'n'roll", Guillaume Canet s'est confié cette semaine à Télérama sur son précédent long-métrage "Blood Ties", démoli par la critique à Cannes et qui a fait un flop en salle. L'acteur et réalisateur de 43 ans, à qui pourtant tout semble réussir, n'a "pas supporté" cet "échec". "J'avais tant donné de moi-même ! Finan­­ciè­­re­­ment, profes­­sion­­nel­­le­­ment, person­­nel­­le­­ment", explique-t-il. "À l'époque, je ne voulais pas me laisser piéger par le succès commercial des "Petits Mouchoirs", qui m'avait laissé un goût amer", continue le comédien, qui souhaitait alors se "confronter à quelques chose de plus complexe".

Problème ? Il part réaliser ce film aux États-Unis. Et même si, au départ, il se dit "fou de joie (...) très vite, tout a viré au fiasco". "Les syndicats des techniciens, très puissants en Amérique, ne nous donnaient l'autorisation de rien", raconte Guillaume Canet. Surtout, il parle de l'erreur d'avoir voulu présenter le film alors qu'il n'était pas prêt, un "orgueil imbécile", selon lui. "Lorsque je l'ai vu en projection là-bas, j'ai compris qu'il y avait quarante minutes de trop, aucun rythme". L'accueil des spectateurs a eu fini de l'anéantir. "Ce qui m'a le plus troublé, quand même, est que le public n'ait manifesté aucun désir d'aller le voir ! Un bide monumental !", confesse-t-il.

"Il fallait arrêter la machine, se poser, se nourrir"

Il parle d'un échec "décisif", d'un film qui l'avait "essoré", le forçant à "arrêter la machine, se poser, se nourrir". Sa femme, Marion Cotillard, lui "a fait comprendre que c'était une nécessité". Il l'a donc écoutée en se tournant vers son autre passion, l'équitation : "Douze mois durant, j'ai traversé l'Europe en camion pour faire des compétitions internationales", raconte-t-il. Finalement, "un dur et long burn out" dont il s'est sorti "au bout d'un an" et a fini par se remettre.

La preuve, il sort le 15 février prochain "Rock'n'roll", une comédie où il se met lui-même en scène aux côtés de sa femme Marion et qui s'inspire de leur vie privée. Pour assurer la promotion du film, les deux amoureux n'hésitent pas à se taquiner via leurs comptes Instagram respectifs à coup de photos "dossiers".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU