Jamel Debbouze : le terrible jour où il a perdu l'usage de son bras

Jamel Debbouze : le terrible jour où il a perdu l'usage de son bras

Jamel Debbouze lors du Festival de l'Alpe d'Huez, le 20 janvier 2017.

Fabien Gallet

Dans un livre dédié à Trappes, les journalistes Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin évoquent l'un des artistes originaires de cette ville des Yvelines : Jamel Debbouze. Elles reviennent notamment sur l'accident qui lui a coûté l'usage de sa main.

Conviées sur BFM TV dimanche 21 janvier 2018 pour présenter leur livre "La communauté", paru le 4 du même mois, les deux auteures n'ont pas échappé au sujet Jamel Debbouze. Si ce dernier n'a pas accepté d'évoquer avec elles sa ville d'origine, ne se sentant pas "légi­time" après l'avoir quittée il y a 20 ans, il fait inévitablement partie du décor et du livre en question, ce que n'a pas manqué de faire remarquer à ses invitées la présentatrice Apolline de Malherbe. "Votre livre commence par un moment drama­tique, qui pose un décor assez tragique, qui est ce moment où Jamel Debbouze enfant perd son bras", a-t-elle déclaré.

"Son copain Jean-Paul en mourra"

De quoi lancer les journalistes sur le drame qu'a connu l'ancienne figure de la série "H" alors qu'il avait 14 ans. "Jamel Debbouze, on a commencé par son acci­dent, parce que ça montre ça, cette ville à la fois dange­reuse, violente, tragique", a expliqué Raphaëlle Bacqué avant de préciser : "Et c'est effectivement à la gare de Trappes qu'il va, en voulant aller plus vite, traverser les voies pour attraper plus vite le bus qui le mènera au coeur de ville. Il va se faire happer par le train Paris-Nantes qui arrive à toute vitesse. Son copain Jean-Paul en mourra et lui sera grave­ment blessé."

Depuis, Jamel Debbouze garde généralement sa main cachée dans sa poche droite. Il a toutefois pu surmonter ce handicap grâce à ses proches, ce qu'il expliquait à Madame Figaro fin 2017 : "Pendant des années, je cachais mon bras pour ne gêner ni moi ni les autres. Et puis ma femme (Mélissa Theuriau, ndlr) ou mes enfants prenaient ce bras et le sortaient. Ils avaient raison : il ne faut pas nier les choses, il faut mettre des mots dessus."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
725 commentaires - Jamel Debbouze : le terrible jour où il a perdu l'usage de son bras
  • avatar
    claudelouis -

    S'il n'a RIEN tenté ...c'est qu'il y a certainement. une raison, SINON bon nombre d'avocats se seraient bien précipité pour l'aider et même gratuitement ...pour faire "parler" d'eux...

  • avatar
    Kiosk -

    Mes réactions dans lesquelles je conseillais d'avoir un bon avocat à ceux qui diffament Debbouze en le qualifiant sans preuves d'assassin ont disparu.

    J'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi. Il ne s'agissait pas de menaces mais de simples rappels aux réalités. Le fait est que Jamel Debbouze serait en droit de les attaquer en justice. Être convaincu qu'il aurait commis un crime à l'âge de 14 ans, quels qu'en soient les motifs et les circonstances, estimer que la nouvelle explication du drame fait plutôt Bisounours, cela n'autorise pas à porter une accusation en public sans la moindre preuve recevable par la justice à l'appui de cette accusation.

    Les "on sait que", "tout le monde sait que", "j'ai lu que", "regardez sur Google", "Les parents de la victime disent que", "je connais quelqu'un qui sait que", "il ment, la vérité c'est", etc., tout ce qui au bout du compte se résume à faire appel à la rumeur ou à l'enrichir de détails par ailleurs divergents, tout cela n'a strictement aucune valeur aux yeux de la justice. Ce qui compte, c'est le témoignage à la barre, vérifiable, probant, pas les racontars ou les fantasmes de gens qui ne font objectivement que donner un avis personnel sur un sujet dont ils ne savent au fond que peu de choses, n'en ayant pas été les témoins.

    Il serait par ailleurs très instructif de savoir pourquoi ces gens s'autorisent une aussi grave accusation. Dans de très nombreuses réactions, insultantes (cf. la déformation quasi systématique du nom de Debbouze pour l'assimiler à de la merde), on retrouve expressément dites ou fortement suggérées des motivations racistes. D'autres motifs sont plus politiques. L'extrême droite déteste tout ce qui n'est pas à son image, tares comprises (dont la haine systématique de la différence).

    Mais pas d'inquiétudes. Il est peu probable que Jamel Debbouze s'abaisse à attaquer en justice ses diffamateurs sur ce site. Ce serait leur faire beaucoup trop d'honneur. Quant à dire qu'il ne le ferait pas parce qu'il se créerait de sérieux ennuis, je renvoie au début de ce billet : où sont les preuves ? Le seul risque serait que la fachosphère y trouve une nouvelle opportunité de déverser sa haine et ses calomnies. Et franchement, elle n'a pas besoin qu'on lui en donne de nouvelles occasions pour le seul plaisir de rappeler quelques trublions connectés aux règles juridiques. Ou plus simplement à la charte d'un site en ligne.

  • avatar
    Kiosk -

    Mes réactions dans lesquelles je conseillais d'avoir un bon avocat à ceux qui diffament Debbouze en le qualifiant sans preuves d'assassin ont disparu.

    J'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi. Il ne s'agissait pas de menaces mais de simples rappels aux réalités. Le fait est que Jamel Debbouze serait en droit de les attaquer en justice. Être convaincu qu'il aurait commis un crime à l'âge de 14 ans, quels qu'en soient les motifs et les circonstances, estimer que la nouvelle explication du drame fait plutôt Bisounours, cela n'autorise pas à porter une accusation en public sans la moindre preuve recevable par la justice à l'appui de cette accusation.

    Les "on sait que", "tout le monde sait que", "j'ai lu que", "regardez sur Google", "Les parents de la victime disent que", "je connais quelqu'un qui sait que", "il ment, la vérité c'est", etc., tout ce qui au bout du compte se résume à faire appel à la rumeur ou à l'enrichir de détails par ailleurs divergents, tout cela n'a strictement aucune valeur aux yeux de la justice. Ce qui compte, c'est le témoignage à la barre, vérifiable, probant, pas les racontars ou les fantasmes de gens qui ne font objectivement que donner un avis personnel sur un sujet dont ils ne savent au fond que peu de choses, n'en ayant pas été les témoins.

    Il serait par ailleurs très instructif de savoir pourquoi ces gens s'autorisent une aussi grave accusation. Dans de très nombreuses réactions, insultantes (cf. la déformation quasi systématique du nom de Debbouze pour l'assimiler à de la merde), on retrouve expressément dits ou fortement suggérés des motivations racistes. D'autres motifs sont plus politiques. L'extrême droite déteste tout ce qui n'est pas à son image, tares comprises (dont la haine systématique de la différence).

    Mais pas d'inquiétudes. Il est peu probable que Jamel Debbouze s'abaisse à attaquer en justice ses diffamateurs sur ce site. Ce serait leur faire beaucoup trop d'honneur. Quant à dire qu'il ne le ferait pas parce qu'il se créerait de sérieux ennuis, je renvoie au début de ce billet : où sont les preuves ? Le seul risque serait que la fachosphère y trouve une nouvelle opportunité de déverser sa haine et ses calomnies. Et franchement, elle n'a pas besoin qu'on lui en donne de nouvelles occasions pour le seul plaisir de rappeler quelques trublions connectés aux règles juridiques. Ou plus simplement à la charte d'un site en ligne.

  • avatar
    Kiosk -

    "Elle dit quoi la loi sur ce qu'on a le droit d'écrire sur un panneau ? Je suppose qu'on doit éviter la diffamation et de dire foutre, pute, connard, c'est bien ça ?" (Extrait d'une vidéo qui est actuellement diffusée par Orange dans ce fil, et visible juste au-dessus de la case dans laquelle j'entre ce texte.)

    Dites, les modérateurs, on est lundi, et vous avez un boulot monstre à abattre sur ce fil pourri de diffamations, d'insultes racistes, d'appels à la haine et au meurtre. A peu près 95% de réactions illicites et contraires à la charte officielle du site, c'est un record !

  • avatar
    Oran -

    Ce jucar est-ce baron doivent faire partie delà même bande .Ils ignorent que ce personnage à appeler à un printemps des émigrés en France alors qu'il profite de la bêtise de ses prétendus admirateurs et des bienfaits de la. France.pour faire son show à marrakech

    avatar
    Kiosk -

    Un jour peut-être vous comprendrez la signification de l'expression "un printemps arabe". Son équivalent occidental, c'est "un mai 68". Souhaitable donc, ne serait-ce que pour éjecter la fachosphère de notre paysage.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]