Jean-Pierre Pernaut : retour sur ses coups de gueule marquants

Jean-Pierre Pernaut : retour sur ses coups de gueule marquants

Jean-Pierre Pernaut en marge de la pièce de théâtre "Piège à Matignon" au Théâtre des Variétés à Paris, le 7 mars 2015.

A lire aussi

Fabien Gallet

Le journaliste de 67 ans a fait part de sa colère sur Twitter, après avoir lu les propos d'un membre du CSA concernant le journal télévisé qu'il anime quotidiennement sur TF1.

"Cette télé est ultra-déformante. On critique beaucoup le journal de Pernaut (sur TF1). Bien sûr, c'est un peu la France des sabots et des forgerons, mais il faut aussi qu'elle soit vue." Cette phrase de la présidente du groupe de travail de cohésion sociale du CSA, Mémona Hintermann - interrogée par Ouest France le 4 janvier 2018 en marge de la publication du baromètre annuel du CSA - a profondément choqué Jean-Pierre Pernaut. Sur Twitter, ce dernier a ainsi partagé sa colère. "Concernant le JT de 13h, qui peut dire ou écrire des conneries pareilles ?", a-t-il écrit avant d'ajouter : "'Il faut qu'elle soit vue' !!!! Quel mépris ! Honteux et lamentable (si) ça vient vraiment du CSA."

Un journaliste qui n'a pas la langue dans sa poche

Ce n'est pas la première fois que le journaliste pousse un tel coup de gueule. En 2015, il dénonçait le traitement de faveur accordé au roi d'Arabie Saoudite, lequel avait demandé à l'État français de privatiser une plage publique non loin de Cannes. "L'administration (...) emmerde les plagistes, (...) interdit de conduire en tongs en remontant de la plage, de fumer sur la plage voisine. (...) Ça donne bougrement envie de partir ailleurs...ou de filer un grand coup de balai dans toutes ces règles à la con", écrivait-il sur Facebook.

L'année suivante, Jean-Pierre Pernaut réagissait à la potentielle arrivée de migrants dans un nouveau camp érigé non loin de chez lui. Une remarque à l'encontre des migrants également formulée face caméra dans le journal de 13 Heures de TF1 en novembre 2016. Après un reportage sur les SDF secourus par la Croix-Rouge, il déclarait ainsi : "Voilà, plus de place pour les sans-abri, mais en même temps, les centres pour les migrants continuent à ouvrir partout en France." Des propos qui lui valurent des remontrances de la part du CSA en février 2017.

 
19 commentaires - Jean-Pierre Pernaut : retour sur ses coups de gueule marquants
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]