Johnny Hallyday : les dérives commencent déjà

Johnny Hallyday : les dérives commencent déjà
Johnny Hallyday en concert au Zenith de Nancy, le 27 septembre 2009.

Jessica Rat

Cela fait à peine deux semaines que la légende du rock français a quitté ce monde, mais voilà déjà qu'un sordide business d'objets en tout genre liés au Taulier se développe sur la Toile.

Le JDD vient de révéler le 17 décembre 2017 que seulement quelques jours après l'inhumation de Johnny Hallyday le 11 décembre, "un mystérieux 'photographe' écume Paris avec un cliché du défunt mis en bière". "L'homme m'a proposé au téléphone la photo de Johnny dans son cercueil", aurait en effet confié un commerçant de la capitale, "spécialisé dans les raretés consacrées à la star", précise le journal. Et le photographe spéculateur est loin d'être le seul à chercher à se faire de l'argent sur la mort du chanteur. Ainsi les annonces de vente en ligne d'objets divers le concernant pleuvent-elles depuis sa disparition, dans la nuit du 5 au 6 décembre derniers. Vinyles, beaux livres, coffrets CDs, pin's et autres souvenirs collector... Mais pas que.

L'appât du gain

Selon le JDD toujours, une annonce incongrue aurait fait irruption sur le leboncoin.fr le 9 décembre : le "mégot Johnny Hallyday". "Un singulier objet ayant censément été en contact avec la bouche du chanteur", décrit l'hebdomadaire, avant de préciser : "90 euros, le bout de Philip Morris".

Une autre vendeuse aurait en outre proposé, dès le lendemain des obsèques de la vedette, le programme de la messe pour la modique somme de 200 euros. Et c'est encore peu comparé aux 10 000 euros demandés par un audioprothésiste pour "les empreintes des oreilles de Johnny fabriquées par ses soins pour ses 'retours sur scène'", comme l'explique le JDD. La bassesse n'a décidément pas de limites.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU