Johnny : Mimie Mathy "ne pense pas qu'un papa aurait déshérité ses enfants"

Johnny : Mimie Mathy "ne pense pas qu'un papa aurait déshérité ses enfants"
Mimie Mathy lors du 9e Festival du Film Francophone d'Angoulême, le 26 août 2016.

Fabien Gallet

Pour l'émission Sept à Huit, l'interprète de "Joséphine ange gardien" a accepté de se confier sur les conséquences du décès du Taulier et plus particulièrement la guerre qui déchire le clan Hallyday.

Qui ne s'est pas encore exprimé sur l'affaire de l'héritage de Johnny Hallyday opposant ses enfants David et Laura Smet à sa veuve, Laeticia ? Après Jean-Pierre Foucault, Didier Barbelivien ou encore Laurent Ruquier ce week-end, c'est Mimie Mathy qui a évoqué la polémique liée au testament de celui qui fut son témoin de mariage en 2005. Dans une interview diffusée dans Sept à Huit, dimanche 4 mars 2018 sur TF1, la comédienne a souhaité rappeler qu'il y avait "un peu de cafouillage ces temps-ci parce que, comme le disait justement Sylvie (Vartan, ndlr), leur vie a toujours été publique."

"Je pense que chacun le sait qui a tort et qui a raison"

"Je pense qu'il faut se parler. Moi je suis pour la parole dans les familles ou en amitié. Quand on dit les choses, ça va mieux. Alors après, qui a raison, qui a tort ? Je pense que chacun le sait qui a tort et qui a raison", a ensuite assuré Mimie Mathy avant de préciser qu'elle ne se "permettrait pas de juger". "C'est leur histoire et j'espère qu'elle va se résoudre", a ajouté l'actrice de 60 ans, consciente que les fans aient pu être "très touchés" par la polémique.

"Johnny était une belle personne et il ne faut pas gâcher ça. Il ne faut pas qu'un héritage divise tout le monde", a déclaré Mimie Mathy avant de conclure en donnant son avis sur le testament dans lequel le rockeur décédé en décembre 2017 expliquait ne rien léguer à ses deux grands enfants : "Et puis je ne pense pas qu'un papa aurait déshérité ses enfants. Après, ça les regarde, ça ne me regarde pas."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU