Julie Gayet : pourquoi elle n'a pas voulu être première dame

Julie Gayet : pourquoi elle n'a pas voulu être première dame
Julie Gayet assiste à la première du film "The Insult" lors du Festival International du Film de Venise, le 31 août 2017.

Émilie Nougué

Dans l'édition du 8 mars de Paris Match, l'actrice est revenue sur son rôle auprès de François Hollande durant son quinquennat et sur son refus de devenir première dame de France.

Près d'un an après le départ de l'Élysée de François Hollande, Julie Gayet, d'habitude si discrète concernant sa vie privée, se laisse aller à quelques confidences. Dans les colonnes de Paris Match, elle explique qu'elle considère le statut de première dame comme "sexiste". "On élit une personne, pas un couple. (...) C'est un job qui oblige à arrêter son métier. Et en plus on ne touche pas de salaire", développe-t-elle.

Être à l'écoute de son compagnon

Attachée à ses métiers d'actrice et de productrice, Julie Gayet a donc toujours fait son possible pour mettre une distance entre son monde et celui de son conjoint. Ainsi, à l'Élysée, elle restait dans les appartements privés du premier étage de l'aile ouest, loin des couloirs du pouvoir. "Je n'y ai jamais mis un pied. Même dans la salle de projection de films. Je ne suis jamais allée à une cérémonie, j'ai refusé les dîners officiels", explique-t-elle.

Son rôle, au final, s'apparentait plutôt à celui d'une "dame de coeur" : "Être au côté du président sans prendre la place de première dame. Et laisser faire ceux dont c'est le métier, les conseillers, les secrétaires, les chargés du protocole, qui ne devraient pas avoir à gérer la compagne." Elle ajoute : "Ce quinquennat a été d'une violence folle, à aucun moment il n'y a eu de répit. J'essayais de redonner de l'énergie au président, de prendre soin de lui, d'être à l'écoute."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU