Kim Kardashian : véritable agression ou coup monté ?

Chargement en cours
 Kim Kardashian lors du défilé Balmain à l'occasion de la Fashion Week de Paris Printemps-Été 2017 à Paris, le 29 septembre 2016.

Kim Kardashian lors du défilé Balmain à l'occasion de la Fashion Week de Paris Printemps-Été 2017 à Paris, le 29 septembre 2016.

1/2
© Getty Images, Dominique Charriau
A lire aussi

Mélissa Darré

Il y a tout juste deux semaines, Kim Kardashian se retrouvait au coeur d'une agression à main armée dans un luxueux hôtel parisien. Un statut de victime que la star de télé-réalité voit aujourd'hui osciller face aux adeptes d'une (folle ?) théorie du complot. Explications.

Petit rappel des faits. Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, l'aînée du clan Kardashian se voit agressée dans une résidence hôtelière grand luxe de la capitale, où elle a posé ses valises le temps de la Fashion Week. Une effraction à main armée au cours de laquelle la femme de Kanye West se retrouve ligotée dans une baignoire et dépossédée de plusieurs bijoux d'une valeur de 9 millions d'euros, par cinq voleurs qui s'enfuient finalement... à vélo. Digne d'un scénario de polar, l'affaire fait alors beaucoup de bruit par-delà les frontières de l'Hexagone. Mais voilà que depuis quelques jours, la version proposée par Kim Kardashian est mise à mal par certaines suspicions.

Entre incohérences et imprudences

Quelques heures seulement après les événements, une question était déjà sur toutes les lèvres : "Comment est-ce possible ?". En effet, toujours affublée d'une poignée de gardes du corps à chacun de ses déplacements, Kim Kardashian s'était pourtant ici retrouvée la proie de cinq hommes à la barbe de son équipe de sécurité. Une imprudence de taille sachant que la vedette de télé-réalité a fait de l'exhibition son gagne-pain. Par le biais de ses réseaux sociaux, impossible donc d'échapper à ses achats à la pelle comme son calendrier de déplacements. "Quand vous êtes aussi célèbre et que vous montrez vos bijoux sur le net, vous allez dans des hôtels où personne ne peut s'approcher de votre chambre", a justement résumé Karl Lagerfeld, interrogé sur le sujet, mardi 4 octobre, après son défilé Chanel pour la présentation de sa collection Printemps-Été 2017.

La vidéo qui sent l'arnaque

Révélée par le site américain Radar Online, une vidéo, tournée à l'aide d'un téléphone portable dans l'appartement où s'est déroulé le vol, dévoile une Kim Kardashian relativement calme. Assise sur un canapé, elle consulte son téléphone portable, tandis que des policiers s'affairent autour d'elle pour recueillir des preuves. Une attitude "trop" paisible pour certains internautes qui estiment que la star devrait plutôt se trouver en état de choc, et ce bien que la vidéo ait été prise 5 heures après son agression. D'autres détectives en herbe vont plus loin pour accréditer la théorie du complot, en insistant sur l'absence de traces à ses poignets, mais également de signes d'effraction visibles sur la porte d'entrée de l'appartement.

Le principal motif avancé ? La fraude à l'assurance. La star aurait finalement tout manigancé pour éponger les dettes de sa famille, notamment de son présumé ultra-dépensier de mari Kanye West. En montant de toute pièce cette agression, elle s'assurerait ainsi le remboursement des fameux bijoux par son assureur à hauteur de leur valeur, soit la coquette somme de 9 millions d'euros. Les plus imaginatifs voyant dans l'absence du rappeur, alors en concert devant des milliers de fans à New York, l'alibi parfait imaginé par le couple. Une théorie quelque peu tirée par les cheveux, mais qui ne cesse d'enfler sur la Toile.

Quand Kim K riposte

Reste que ces allégations ont pour le moins contrarié la starlette de 35 ans. Restée muette sur les réseaux sociaux depuis son agression − elle n'a effectué qu'un rapide tri parmi ces followers −, la fille de Kris Jenner a engagé un nombre impressionnant de procédures. En plus de s'être constituée partie civile pour le vol commis en bande organisée dans l'enquête, elle a également décidé de porter plainte pour violation de la vie privée contre l'auteur et les diffuseurs de la vidéo prise à son insu dans l'appartement parisien. Mais également pour diffamation à l'encontre du site Radar Online, premier à avoir jeté le doute sur sa version des faits. Qu'on se le dise donc, quand on l'attaque, Kim K contre-attaque !

 
20 commentaires - Kim Kardashian : véritable agression ou coup monté ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]