Laurent Boyer, au bord du burn out avec "Midi en France"

Laurent Boyer, au bord du burn out avec "Midi en France"
Laurent Boyer
A lire aussi

Fabien Gallet

"J'ai décidé d'arrêter de présenter Midi en France car je commence à fatiguer", déclarait Laurent Boyer en mai dernier. Cela fait en effet quelques mois que l'ancien animateur de Graines de star, a quitté l'émission et c'est dans une interview accordée au magazine Télé 2 Semaines qu'il est sorti du silence.

De retour face aux médias pour présenter Tu t'es vu sans Cabu, un documentaire qui sera diffusé lundi 8 octobre prochain sur la chaîne Paris-Première, Laurent Boyer a évoqué les raisons de son absence sur le plateau de l'émission de France 3.

Un départ qui est tout sauf anodin, puisque l'animateur révèle avoir frôlé le burn-out. La cause est simple : le rythme des tournages est extrêmement soutenu. "Il fallait savoir tour­ner la page", explique l'animateur. "Après quatre années de voyages pour Midi en France, j'étais sur les genoux. Sept jours de vacances dans l'an­née, ce n'était plus assez. Le dimanche, je regar­dais ma valise et je n'avais plus envie. J'ai frôlé le burn-out, pour de vrai ! J'avais perdu tout plai­sir", confie-t-il. Il reconnaît cependant que la nouvelle formule "fonc­tionne bien" avec son remplaçant Vincent Ferniot. "Je garde un lien avec l'émission : je reste un associé de R&G, la société qui la produit" poursuit-il.

A 57 ans, Laurent Boyer n'en a pas fini pour autant avec la télévision. Outre le documentaire consacré à Cabu, l'ancien animateur a de nombreux projets dont une émission sur les dessinateurs Uderzo (Asterix) et Philippe Geluck (Le Chat), mais également un portrait de Laurent Gerra baptisé Ma vie en Super 8, pour la chaîne D8. Toutefois, c'est une autre idée qui lui trotte dans la tête : relan­cer Fréquens­tar, l'émission dont il a tenu les rênes de 1991 à 2006. "Ce serait une très bonne idée. J'en discute avec Nicolas de Tavernost [PDG de M6, ndlr]. Aujourd'hui, je suis libre de tout contrat de chaîne !", conclut-il.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU