Laurent Ruquier n'a "pas couché" pour réussir

Laurent Ruquier n'a "pas couché" pour réussir
Laurent Ruquier sur le plateau de RTL à Paris, le 4 septembre 2014.

Hélène Demarly

L'animateur de On n'est pas couché s'est confié dans les pages du dernier Gala sur son rapport à l'argent mais aussi sur son succès, qu'il ne doit à personne.

"On ne m'enterrera pas avec des coffres-forts remplis !", s'exclame Laurent Ruquier, interviewé par le magazine Gala (édition du 8 novembre 2017), qui se dit très dépensier : "Je fais travailler plein de gens chez moi, dans ma maison à la campagne." Très populaire à l'antenne avec des émissions qui cartonnent depuis des années, il pense "mérite(r) d'être là" et se défend d'un quelconque traitement de faveur : "J'ai travaillé, je n'ai pas couché, je n'ai pas été pistonné, je ne suis pas un enfant du pouvoir, j'ai créé ma bande..." Et si au début de sa carrière, il a dû "se forcer à être un peu méchant", il mène désormais ses émissions et notamment Les Grosses Têtes sur RTL, comme il l'entend. Il le confie, il se sent "aujourd'hui plus proche de ce qu'(il est) vraiment".

Des origines modestes

Le producteur et présentateur, cadet d'une tribu de cinq enfants, a passé son enfance dans un HLM du Havre, avec un père chaudronnier.

"Lorsqu'il a commencé à gagner de l'argent, plus que son père, Laurent a eu le sentiment que c'était trop, excessif. Qu'il n'arriverait jamais à justifier ces sommes, comparées au travail que fournissait son père dans les chantiers navals. Alors il se surcharge, multiplie les activités", explique au magazine son ami de longue date le psychanalyste Gérard Miller. Il est vrai qu'entre télévision, radio et théâtre, Laurent Ruquier est un vrai bourreau de travail.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
330 commentaires - Laurent Ruquier n'a "pas couché" pour réussir
  • avatar
    WATAFOUFOU -

    Merci Tialfla. Vous avez i bien régi que je n'ai plus rien à rajouter.
    LES JALOUX VONT MAIGRIR ! LES AIGRIS VONT MOURIR !

  • avatar
    WATAFOUFOU -

    Merci Tialfla. Vous avez i bien régi que je n'ai plus rien à rajouter.
    LES JALOUX VONT MAIGRIR ! LES AIGRIS VONT MOURIR !

  • avatar
    elleiruM21 -

    bravo Laurent, il est largement au dessus de tous les petits rigolos qui ne tiennent qu'à coup de piston et de pitreries lamentables mais oh combien excellentes pour l'audimat petit peuple. Un vrai talent qui risque de lui être fatal un jour, dans ces milieux on n'aime pas l'excellence teintée d'humilité et de sincérité. La jalousie, la médiocrité, le carriérisme, l'arrivisme, les coups bas, le piston voilà les vraies valeurs .

    avatar
    G-raison-parfois -

    vous devez être très "select"

  • avatar
    EpVBr6 -

    tout est derrière

  • avatar
    Bernardino1 -

    Heureusement qu'il y a encore des idiots pour écouter ses âneries dans ses émissions pourries. Pourquoi payer si cher des présentateurs de télé, ce monde est fou. Pendant qu'ils essaye de faire rire et que finalement ils ne font rire qu'eux des hommes risquent leur vie,(pompiers et sauveteurs.policiers gendarmes.........) Des médecins des chirurgiens passent des nuits à sauver des gens mais ça tout le monde s'en moque. Si je sais l'argent bien sûr !

    avatar
    cloetso -

    Je n'aime pas beaucoup être traité d'idiot quant à vous vous êtes irrespectueux de la liberté de penser des gens et vous mélangez trop les sujets

    avatar
    alexandra3bis -

    Oui Bernardino, des hommes risquent leur vie, des médecins et des chirurgiens passent des nuits à sauver des gens, et, non, tout le monde ne s'en fout pas ! Ceci dit, je ne vois pas le rapport avec l'émission de Ruquier (que vous avez le droit de ne pas apprécier). Même si cette émission n'existait pas, ça ne changerait rien au quotidien des personnes que vous citez.