Laurent Ruquier n'a "pas couché" pour réussir

Laurent Ruquier n'a "pas couché" pour réussir
Laurent Ruquier sur le plateau de RTL à Paris, le 4 septembre 2014.

Hélène Demarly

L'animateur de On n'est pas couché s'est confié dans les pages du dernier Gala sur son rapport à l'argent mais aussi sur son succès, qu'il ne doit à personne.

"On ne m'enterrera pas avec des coffres-forts remplis !", s'exclame Laurent Ruquier, interviewé par le magazine Gala (édition du 8 novembre 2017), qui se dit très dépensier : "Je fais travailler plein de gens chez moi, dans ma maison à la campagne." Très populaire à l'antenne avec des émissions qui cartonnent depuis des années, il pense "mérite(r) d'être là" et se défend d'un quelconque traitement de faveur : "J'ai travaillé, je n'ai pas couché, je n'ai pas été pistonné, je ne suis pas un enfant du pouvoir, j'ai créé ma bande..." Et si au début de sa carrière, il a dû "se forcer à être un peu méchant", il mène désormais ses émissions et notamment Les Grosses Têtes sur RTL, comme il l'entend. Il le confie, il se sent "aujourd'hui plus proche de ce qu'(il est) vraiment".

Des origines modestes

Le producteur et présentateur, cadet d'une tribu de cinq enfants, a passé son enfance dans un HLM du Havre, avec un père chaudronnier.

"Lorsqu'il a commencé à gagner de l'argent, plus que son père, Laurent a eu le sentiment que c'était trop, excessif. Qu'il n'arriverait jamais à justifier ces sommes, comparées au travail que fournissait son père dans les chantiers navals. Alors il se surcharge, multiplie les activités", explique au magazine son ami de longue date le psychanalyste Gérard Miller. Il est vrai qu'entre télévision, radio et théâtre, Laurent Ruquier est un vrai bourreau de travail.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU